Armées - Editoriaux - Industrie - International - Justice - 5 décembre 2015

État français cherche bombes à acheter

François Hollande ne brillera pas dans sa fonction de Chef des Armées. Pour preuve, alors qu’il vient d’engager notre pays dans une guerre, pour reprendre son mot, nos hommes se trouvent déjà à court de munitions. Comme c’est ennuyeux ! Les barbares de l’organisation de l’État islamique, que le président a solennellement promis de neutraliser au Moyen-Orient, pourront en profiter pour s’enfuir en Lybie, où ils commencent apparemment à créer une nouvelle base.

Oserais-je suggérer le passage d’une petite annonce dans une revue spécialisée ? Urgent : pays bien sous tous rapports, signataire de toutes les conventions et de tous les traités pour la paix, la justice, l’égalité, les droits de l’homme et les budgets bien équilibrés, cherche bombes guidées GBU pour affoler vilains terroristes cachés en Syrie. Livraison rapide et certificat de garantie exigés.

Bien sûr, ce type de publication est inutile, non car trop visible, mais parce que le Ministère de la Défense a déjà une adresse. D’après le quotidien du soir, les services de M. Le Drian viennent de passer commande de quelques centaines de ces bombes auprès d’industriels américains les fabriquant.

Mais au fait, pourquoi nos soldats sont-ils sans armes ? Nos clairvoyants dirigeants de l’UMP, puis du PS, se seraient-ils trompés en affirmant que nous vivions dans un monde de paix permanente ? Se seraient-ils fourvoyés en fermant maintes bases militaires, en abaissant toujours plus drastiquement le budget de la défense, tout en éparpillant nos valeureux soldats sur de trop nombreuses zones d’intervention ?

Pourtant, les mises en garde de certains parlementaires, des experts, des militaires eux-mêmes n’ont pas manqué. Mais sans doute n’était-il pas idéologiquement correct d’investir dans la sécurité et la grandeur de la France. On voit aujourd’hui à quel point les utopies ont affaibli notre pays : au bout de seulement 14 mois de participation à la coalition internationale en Irak et en Syrie, l’armée française est démunie alors que ses frappes ne représentent que 5 % des bombardements.

François Hollande, et avant lui Nicolas Sarkozy, ont grandement failli en matière de sécurité. Il n’y a vraiment aucun doute à avoir : la protection du peuple français n’est plus du tout assurée par l’État. C’est très grave.

À lire aussi

Purification religieuse : Noël ne se fera pas à la maison

La terre irakienne, pourtant évangélisée par saint Thomas dès le premier siècle, perd chaq…