En France, la dénonciation a de l’avenir

Les temps sont funestes : à cause d’une dénonciation anonyme, une maréchaussée française méconnaissable a le droit aujourd’hui de venir perquisitionner à votre domicile. Si par malheur vous avez en votre possession quelques bricoles un peu tranchantes, que vous n’êtes pas issu de la « diversité », le gouvernement et les médias de gauche s’empresseront de faire de vous un exemple.

C’est la mésaventure qui vient d’arriver à un ancien militaire de Seine-et-Marne qui avait décidé de conserver chez sa mère « un arsenal » (dixit la presse) consistant en un fusil de chasse, cinq grenades à plâtre, des couteaux, des « produits chimiques » qui devaient servir à créer des fumigènes. Apparemment, comme de très nombreux Français, il ne devait pas se sentir en sécurité.

Qualifié de « survivaliste » par les scribouillards, c’est-à-dire déjà coupable d’un certain « complotisme », ce jeune homme adepte du paintball est donc la victime expiatoire du jour.

Pathétique technique des lâches et des irresponsables, le pire gouvernement que la France ait jamais connu de toute son histoire allume des contre-feux pour tenter de cacher le brasier qui est prêt à consumer notre pays tout entier.

Des centaines de quartiers sont de véritables zones interdites depuis des décennies, mais de reprendre le contrôle de ces enclaves perdues il n’est point question ! Des islamistes ou des crapules (sûrement un peu des deux) complotent, eux, réellement, préparant la prochaine tuerie de masse. Face à ce danger, le gouvernement actuel, totalement à la ramasse, ne réagit qu’après coup, exigeant avec sa presse inféodée des pleurs, des fleurs, des marches.

La France est en guerre contre un « terrorisme » fourre-tout. La gauche suspicieuse recherche avec fanatisme, parmi les Gaulois, des « extrémistes » susceptibles de menacer la « République ». Quand un islamiste tue, c’est un déséquilibré, mais le Gaulois soupçonné de vouloir se protéger est forcément un « néonazi », un « fasciste », un « hooligan » ou un « survivaliste » : prodigieuse imagination des agents de la propagande !

Dans notre société malade, l’aberration est la norme.

Certains ont décidé de servir ce système en faillite, par lâcheté, par bêtise, par médiocrité. Ils défendent une « République » vouée à l’effondrement glissant vers la dictature.

Le déficit démocratique est criant : le peuple a encore le droit de voter pour des candidats appliquant les mêmes mesures et rien de plus. Les responsables politiques au pouvoir n’ont plus de véritable légitimité, ils prennent des décisions contraires à nos intérêts depuis trop longtemps. Irresponsables devant la loi, ils finissent avec des retraites à vie scandaleuses après avoir trahi la nation.

Notre liberté est menacée. La France a besoin d’hommes et de femmes dévoués et responsables. Il faut combattre les islamistes sur notre territoire, reprendre notre indépendance, et surtout rendre le pouvoir au peuple souverain. Ce n’est pas une révolution qu’il nous faut, c’est un big bang sociétal !

À lire aussi

Comment réagir face à une attaque terroriste ?

Si dans certains cas la fuite est la meilleure des solutions, dans d'autres, la résistance…