Ce n’est plus une guerre contre Israël, mais une guerre contre les juifs

Juriste

Diplômée en psychologie, membre d’associations caritatives et de défense animale

 

À l’heure des nouvelles violences en Cisjordanie, et à Jérusalem, se profile une troisième intifada, voire une véritable guerre espérée par plus de 42,7 % des Palestiniens 1, qui considèrent que les Israéliens « souillent leur terre et leurs lieux saints » – propos recueillis par l’AFP, emboîtant le pas en cela à Mahmoud Abbas, qui a employé les termes « souiller de leurs pieds sales » (sic).

Shmuel Trigano, spécialiste de la tradition hébraïque et du judaïsme contemporain, président de l’Observatoire du monde juif, considère qu’il ne s’agit plus d’une guerre contre l’État d’Israël, mais contre le judaïsme, contre la religion juive.

De son côté, Pierre-André Taguieff, politologue, écrivain et directeur de recherche au CNRS, a récemment publié dans le journal Le Monde un article sur la sous-estimation de l’antisémitisme par l’intelligentsia française, où l’on découvre que celle-ci, les yeux rivés sur l’islamophobie et l’extrême droite, et atteinte de propalestinisme aigu, n’a pas vu venir la vague anti-juive liée, entre autres, à l’immigration de culture musulmane. Eh oui, n’en déplaise à monsieur Plenel et son livre-plaidoyer Pour les musulmans.

Et ce phénomène risque de s’amplifier avec l’afflux en Allemagne de réfugiés musulmans, venant de régions notoirement hostiles à Israël et aux juifs, dont les Syriens, élevés dès le plus jeune âge dans cette haine. Les juifs allemands ont fait part de leur inquiétude à ce sujet auprès d’Angela Merkel, craignant un renforcement des opinions antisémites au sein de la communauté arabe. Certains vont même jusqu’à envisager le cauchemar d’une Allemagne turco-syrienne ou syro-turque.

Parmi les meurtres, attentats, agressions commis en Cisjordanie, et à Jérusalem, ces derniers jours, l’un d’eux, plus que les autres, démontre cette thèse de l’antisémitisme avant l’antisionisme. Samedi 3 octobre, une famille a été agressée, à Jérusalem-Est, les parents poignardés, et l’un des deux enfants blessé. Pendant que le père agonisait au sol, la mère blessée a cherché à s’enfuir.

Ce qui s’est passé ensuite est digne des actes commis en Europe contre les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale :

« Des jeunes Arabes qui regardaient l’attaque riaient et nous insultaient. L’un d’eux m’a giflée. Un autre m’a dit de mourir », a raconté Adèle Benet, la mère de famille victime. « Je criais “S’il vous plaît, aidez-moi !” Et ils ont juste craché sur moi », a-t-elle encore témoigné, en parlant des commerçants arabes présents sur les lieux.

Ces comportements ne sont pas le fait de soldats, de terroristes, d’agresseurs, dans le cadre d’une guerre, d’attentats, d’échauffourées, non, c’est le quidam moyen palestinien, qui abandonne à son sort une mère et ses enfants blessés dans la rue. Imagine-t-on un seul instant une mère palestinienne et ses deux jeunes enfants blessés dans les rues de Tel Aviv, abandonnée à son propre sort après une agression par des extrémistes juifs ? C’est impossible, les Israéliens se sont toujours érigés contre toute agression de Palestiniens par des extrémistes.

Civils contre civils, des hommes contre une femme et des enfants en danger, hors champ de bataille, à froid, en dehors de toute provocation. Là, on a franchi toutes les limites.

Le secours, l’assistance à personne en danger, « les femmes et les enfants d’abord » sont des principes universels ; les refuser à des personnes parce qu’elles sont juives prouve que nous sommes revenus à un antisémitisme d’une virulence qui n’a rien à envier à celle qui avait cours pendant la période hitlérienne.

Soixante-dix ans après la destruction de six millions de juifs en Europe. Funeste anniversaire.

Emmanuelle Frankl
Juriste
Diplômée en psychologie, membre d’associations caritatives et de défense animale

Notes:

  1. Sondage (2015) mené par le Jerusalem Media and Communications Centre (Le centre des communications et des médias de Jérusalem)

Faites découvrir cet article à vos amis...
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


Diplômée en psychologie, membre d’associations caritatives et de défense animale

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.