28 juin 2018

Emmanuel Macron plus grand assis que debout : une communication inspirée de Louis de Funès

L’instant est solennel. Le porte-parole Benjamin Griveaux fait son entrée dans le bureau de l’Élysée, suivi d’Emmanuel Macron, puis arrive enfin le ministre des Transports Élisabeth Borne. De toute évidence, Benjamin Griveaux est plus grand que le Président. Environ une demi-tête. Selon le cérémonial copié sur la communication de la « Maison-Blanche », le trio va promulguer un texte de loi important devant les caméras, en l’occurrence la réforme de la SNCF. Les trois personnes s’assoient derrière le bureau et, contre toute attente, Emmanuel Macron dépasse le porte-parole d’une dizaine de centimètres. La visite au pape François a porté ses fruits, le miracle est là, incontestable, tangible… Emmanuel Macron s’est allongé instantanément. Il est plus grand que l’autre malpoli qui se permettait de dominer le maître par la taille. Les cadreurs de BFM TV tombent à genoux et se signent. Il est Emmanuel Soubirous. Face à une telle prouesse, la réforme n’est plus qu’un vague souvenir. Un détail sans importance. « À moins que ce soit Benjamin Griveaux qui ait rétréci ? » ose un journaliste. Ne chipotons pas, le résultat est là. Il est plus grand assis que debout.

La fine équipe de communicants qui a cru bon scier les pieds de la chaise sur laquelle allait s’asseoir Benjamin Griveaux en est pour ses frais. De solennel, l’instant est passé à « comique de situation ». Gag visuel. Directement inspiré de la célèbre scène du film Monsieur Jo dans laquelle Louis de Funès s’étonne d’être bien plus petit que Bernard Blier alors que l’assise du canapé semble normale. Séquence désopilante à revoir ci-dessous.

Que faire pour éviter pareil fiasco médiatique lors de la prochaine signature officielle ? Le miracle va-t-il se reproduire devant les yeux éberlués du reporter de Radio Vatican ? Les accessoiristes pourraient acheter des chaises montées sur ressort à hauteur variable de manière à créer un mouvement ondulatoire qui verrait chacun à son tour paraître plus grand que celui d’à côté… Les paris vont bon train (de la SNCF réformée).

Manque de confiance en soi, complexe de supériorité. Celui qui se contente de singer les manières d’un autre président va-t-il avoir le culot d’inviter ses concitoyens à innover ? Lui qui se montre incapable d’inventer son propre mode de communication ? Non. Il ne va pas oser ? Si ? Ooooh ! Et il va donner des leçons de modernité ! Non ? Si. Ooooh… Louis de Funès est sidéré. « Monsieur Jo » est à l’Élysée.

Celui qu’il faut appeler désormais le grand petit Macron s’assoit à merveille sur les acquis sociaux, les retraités et les petites gens. Pourquoi ce soudain raté ? Sur quoi s’est-il assis, cette fois-ci, pour paraître plus grand qu’il n’est ? Sur les cheminots ? Non, c’est pas vrai ?

Commentaires fermés sur Emmanuel Macron plus grand assis que debout : une communication inspirée de Louis de Funès

À lire aussi

Match racailles contre CRS : 4 à 1

Macron va-t-il aller casser une ou deux vitrines pour manifester sa joie ? Se mettre la ba…