« Printemps républicain » : tambouille socialo-macho à prétention féministe

Auteur, militante féministe

Ex-membre du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes), du CERF (Cercle d’Etudes de réformes féministes)

Son blog
 

Nul n’est propriétaire du label féministe, mais tout de même : il y a des abus d’usurpation… Le « Printemps républicain » annonce son lancement le 20 mars, sur la base d’un manifeste publié par Marianne. On y lit l’expression « islamisme politique », qui donne une indication sur la tartufferie des auteurs utilisant cette expression, quel que soit le texte.

Lisons tout de même : « L’extrême droite comme l’islamisme politique sont à la manœuvre pour tenter de jouer avec les peurs et les tensions qui traversent la société française. À chaque fois, c’est la République qui est attaquée. » « Il y a urgence. » « Le temps est donc venu de l’affirmation de principes, clairs, précis et déterminés, de principes pour l’action. »

« Pour nous, la République, c’est ce qui nous est commun […] La laïcité est le ciment du contrat social républicain. […] L’universalisme se déduit des aspirations à une humanité commune […] Le principe de l’égalité entre hommes et femmes et, plus encore, le combat permanent pour sa réalisation effective sont au fondement des sociétés modernes. »

De beaux principes, uniquement de beaux principes, pas la moindre esquisse d’une proposition d’action concrète. Pas d’action, alors qu’il y a urgence ! Vous avez dit bizarre ? Un signataire de marque de ce manifeste est Gilles Clavreul, ci-devant délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (DILCRA).

Une atteinte au devoir de réserve ? Comme c’est bizarre…

Les initiateurs du Printemps républicain sont Laurent Bouvet et Céline Pina.

Laurent Bouvet, philosophe, qualifiait récemment de « naïve, ridicule, contraire à l’universalisme » la démarche d’une association d’hommes féministes concernant la déclaration de 1789… Le bon gros antiféminisme mobilisé pour l’égalité des sexes ?! Comme c’est bizarre…

Céline Pina a été largement interviewé par les médias lorsqu’elle a protesté contre le Salon islamique de Pontoise et sa conférence sur les femmes. En réalité, une autre femme contestait depuis plusieurs années ce salon : Laurence Marchand-Taillade, présidente de l’Observatoire de la laïcité du Val-d’Oise. À force de s’opposer à l’appel à l’islam, Laurence Marchand-Taillade est aujourd’hui menacée de mort. Mais elle n’a pas eu accès, elle, aux feux de la rampe.

Céline Pina est l’épouse de Pierre Bouchacourt, ex-assistant parlementaire de Dominique Strauss-Kahn. Selon Le Monde du 23 février 2012, il aurait été affirmé dans « l’affaire du Carlton » que Dominique Strauss-Kahn aurait chargé Pierre Bouchacourt d’obtenir d’urgence un visa pour une de ses invitées. Le féminisme en « action », c’est sûrement cela : aider les femmes à rencontrer un homme célèbre.

En février dernier, dans un long mea culpa au sujet de la politique d’acceptation par les élus des demandes religieuses musulmanes, Pierre Bouchacourt vient d’avouer ses regrets d’avoir été lui-même « acteur de cette gestion communautariste ». Sa justification ? L’action : « Dans l’action, je n’ai pas pris le recul nécessaire pour dire suffisamment clairement que […] nous participions directement au délitement républicain. » Tiens donc ! À l’époque des idées d’action, on en avait mais pas le temps de réfléchir aux principes ?

Des politiciens sentiraient-ils qu’il n’est que temps de quitter le navire Hollande pour un clan moins « communautariste », autour de Valls, peut-être ? Paraître moins favorable aux revendications pro-charia, là est, à n’en point douter, la vraie urgence pour eux…

Elise Elisseievna
Auteur, militante féministe
Ex-membre du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes), du CERF (Cercle d’Etudes de réformes féministes)

Article intéressant ?
Faites-le savoir sur facebook ou twitter !

Recevez gratuitement nos articles !


Ex-membre du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes), du CERF (Cercle d’Etudes de réformes féministes)

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.