Document - Editoriaux - Internet - Table - 23 février 2017

École et sexe : quel candidat s’attaquera à ces écuries d’Augias ?

La Manif pour tous jette un pavé dans la mare. Un site Internet, Ecole & Sexe, a été mis en ligne. Il contient un florilège de documents, captures d’écran et liens divers vers des ressources de l’Éducation nationale ou de ses partenaires intervenant dans le domaine de l’éducation sexuelle. Une visite (d’adultes avertis) s’impose pour se faire une idée. Les contenus proposés sont parfois bien trash et relèguent la pudeur au rang des affects oubliés. La promotion d’un hédonisme sans frontières semble l’idéologie dominante rue de Grenelle.

La Manif pour tous affirme souhaiter ne pas faire de polémique mais ouvrir un débat. Où idéalement positionner le curseur entre les tâches d’éducation de la famille et celles de l’école sur des sujets qui touchent à l’intime ? Mais est-il possible d’éviter cette polémique, tant certains des contenus proposés sont choquants ? Il faut bien partir d’un constat factuel aussi précis que possible et, sans être un père la pudeur qui s’offusquerait systématiquement de tout, constater qu’ils sont allés trop loin. Beaucoup trop loin, et ce n’est pas que mon opinion : des pare-feu mis en place sur les réseaux d’entreprise bloquent l’accès à onsexprime, l’un des sites recommandés par les sbires de la rue de Grenelle, sous prétexte que son contenu est « pornographique et érotique ». Parler d’incitation à la débauche n’est pas un effet de manche.

Le manque de transparence de l’Éducation nationale ou de certain de ses agents peut être soupçonné. Pour mémoire, en 2014, la fiche pédagogique du livre abordant la sexualité et la mort (Que font les petits garçons ?) sur le site de l’académie de Nantes indiquait clairement (jusqu’à son retrait) que la sournoiserie était préconisée, cf. cet extrait : « Il est impératif que la phase de découverte ait lieu en classe et que les albums ne soient pas empruntés pour être emmenés à la maison. Les réactions très négatives de certains adultes à l’égard du livre pourraient compromettre son exploitation. » Cette transparence qui fait défaut aujourd’hui est pourtant essentielle pour bien positionner ce curseur sans a priori. Elle est indispensable pour qu’un débat honnête puisse être tenu.

Bref, Mme Laurence Rossignol a raison de vouloir s’ériger contre l’accès trop facile des enfants et des jeunes à la pornographie, mais la moindre des cohérences serait qu’elle aille constater ce qui se trame chez sa collègue Mme Najat Vallaud-Belkacem.

Le site École & Sexe invite ceux qui considèrent que les contenus promus par l’Éducation nationale ne sont pas acceptables à en témoigner en signant une pétition à l’attention de tous les candidats à l’élection présidentielle, afin qu’ils s’engagent à réformer (s’ils sont élus) ces programmes dans le sens d’un plus grand respect de la pudeur et de l’intimité des enfants. Une pétition de plus ? Certes. Mais l’enjeu vaut la saisie de quatre champs et un clic.

Commentaires fermés sur École et sexe : quel candidat s’attaquera à ces écuries d’Augias ?

À lire aussi

La collection « Que sais-je ? » confie à Caroline Mécary le sujet « PMA GPA »

Il conviendrait peut-être que les éditeurs soucieux de leur réputation se préoccupent de l…