Editoriaux - Polémiques - Politique - 24 septembre 2018

Droite, tu n’es ni bourgeoise ni ouvrière : tu es tout simplement patriote !

Pour les élections européennes, plusieurs sondages très récents te donnent au coude-à-coude avec le patchwork au pouvoir. C’est une très bonne nouvelle, mais encore faut-il que tu comprennes enfin qu’il te faut afficher l’union essentielle à ta victoire, sans honte et sans fausse pudeur. Il te faut afficher clairement toutes tes positions, celles qui sauveront la France de son déclin et la feront à nouveau grandir. Si tu te présentes une et indivisible, ce sera la garantie du succès électoral. Désunie, tu seras un épouvantail en haillons qui ne fera plus peur à personne !

D’examens ratés en années sabbatiques, de disparitions en résurrections foirées, tu nous as tellement déçus que nous en viendrions presque à souhaiter être orphelins pour te remplacer par quelque chose d’autre… Mais quoi ? Certainement pas cette « chose en marche » qui, de zig en zag, comme une femme saoule, se cogne dans les réverbères, cherche un chemin dans les méandres d’un programme qui n’a jamais vraiment existé ? Souvenez-vous… « On se fout des programmes, ce qui importe, c’est la vision », disait, en décembre 2016, l’orphelin politique qui commençait tout juste à marcher !

Une marche qui a ramassé sur les trottoirs de la République tout ce que tu entretenais de bâtards s’est constituée en famille. Mais quelle famille ! Une aubaine, cependant, un mélange bénéfique qui a définitivement clarifié l’identité de certains membres de ta famille pour, espérons-le, ne garder que tes enfants de valeur, ceux qui ne t’ont pas trahie pour aller téter au sein d’une République malade de ne plus savoir où sont ses véritables origines, ses véritables valeurs.

Chère Droite, nous espérons tous te voir naître enfin, grandir et enfin devenir adulte. Il y a encore beaucoup à faire, mais c’est le moment de t’y mettre. L’heure est grave et tes postures guerrières, quand elles ne sont que gémissements de pleureuses devant la sévérité des résultats électoraux, ne servent à rien d’autre qu’à brouiller ton image aux yeux de tes enfants. Ils sont nombreux, aujourd’hui, qui souhaitent garder leur pays propre pour y grandir dans la paix et la prospérité ! Tu prendras peut-être demain le visage d’Emmanuelle Ménard, de Béziers, députée très active pleine de bon sens, d’Éric Ciotti, homme courageux et sincère qui se bat depuis Nice, ou encore celui de Nicolas Bay, homme talentueux et posé né à Saint-Germain-en-Laye (tout un symbole)… On aimerait penser, également, à un monsieur ou une madame Dupont, inconnu aujourd’hui, qui viendrait de l’ISSEP, l’école de management et de sciences politiques de Marion Maréchal, mais là, c’est encore un peu tôt… Peu importe, tu peux être blonde, brune, grande ou petite, bourgeoise ou ouvrière, mais tu dois être surtout claire… sur tes intentions et sur le programme que tu porteras pour tes enfants.

Mais, surtout – surtout -, tu dois montrer le visage d’une famille unie et soudée dans cette lutte qui oppose le bien de la France à la sauvagerie du monde. Les querelles de famille, nées comme toujours de stupides et stériles conflits, ne servent que les vautours qui attendent de se repaître de ton corps et de capter ton héritage.

À l’heure où l’on veut te voiler et t’asservir, à l’heure où l’on brouille l’image de la famille, à l’heure où l’on oublie que tu es une femme courageuse qui a su, par le passé, défendre un patrimoine chèrement acquis au cours de l’Histoire, il est urgent de réagir. Tu pourrais maintenant, si tu le voulais vraiment, te montrer nue dans toute ta beauté et sortir du puits comme la Vérité sortant du puits armée de son martinet pour châtier l’humanité sur le tableau célèbre de l’artiste français Jean-Léon Gérôme. Sans les reflets trompeurs qui ne servent qu’à brouiller ton image, tu montreras à tes enfants l’image d’une femme libre qui se tient debout pour protéger ses enfants.

À lire aussi

Les violences faites aux femmes : nouveau « code culturel » en France ?

Ce n'est pas en favorisant l'émergence d'une société soumises aux codes archaïques des cul…