Ukraine : quand le « roi du chocolat » commence à fondre

Journaliste et écrivain

Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais. Il fut co-fondateur de Boulevard Voltaire.

 

« Pendant les travaux, le magasin reste ouvert »… Ce n’est pas pour autant qu’il fait de bonnes affaires. Une formule du même genre résumerait assez bien la situation actuelle de l’Ukraine : « Pendant le cessez-le-feu, les combats continuent… » Ils auraient même tendance à s’intensifier, et la confrontation entre les forces gouvernementales et les séparatistes tourne nettement à l’avantage des seconds. L’encre de l’accord arraché au forceps par Angela Merkel et François Holland à Vladimir Poutine et Petro Porochenko n’était pas encore sèche que l’esprit de Minsk, encore plus fugace que celui du 11 janvier, n’était plus qu’un mirage. À vrai dire, ceux qui l’avaient parrainé n’y croyaient pas plus que ceux qui l’ont signé.

Après la chute de Debaltsevo, le prochain objectif des rebelles du Donbass est de toute évidence le grand port de Marioupol, sur la mer Noire. Et après ? Jusqu’où ira leur offensive ? Où s’arrêtera-t-elle ? Et qui l’arrêtera ? En tout cas, pas l’armée ukrainienne, dont la retraite a déjà des allures de débâcle. Alors, l’Union européenne, l’OTAN, les États-Unis ? Le président Porochenko était bien mal inspiré lorsque, arrivant dans la capitale de la Biélorussie, la semaine dernière, il ne promettait rien de moins que de « casser la gueule » (sic) à la Russie. C’est une étrange idée, lorsqu’on est le plus faible, que de chercher, voire de provoquer l’épreuve de force.

Au fur et à mesure que se prolonge, que s’envenime et que s’aggrave un conflit qui ressemble chaque jour davantage à une vraie guerre, dévoreuse d’hommes et de biens, il apparaît clairement que ceux qui ont soutenu la « révolution » de Maïdan, aidé à la mise en place d’un gouvernement pro-occidental, incité celui-ci à la fermeté, voire à l’intransigeance, et pris des sanctions contre la Russie, n’accompagneront pas jusqu’au bout le « roi du chocolat », prisonnier d’une logique d’escalade qui , passant par la livraison d’armes, l’envoi de conseillers militaires puis de contingents alliés, mettrait le monde au bord du gouffre. L’heure n’est plus aux rodomontades. Au pied du mur, même les docteurs Folamour du Pentagone doivent comprendre que la Russie n’est pas un tigre de papier et que Poutine n’a rien d’une chiffe molle. Sauf à vouloir déclencher la Troisième Guerre mondiale, l’issue militaire du combat inégal entre une armée mal équipée, mal commandée, démoralisée, livrée à elle-même et un adversaire puissamment armé et soutenu par la Russie ne fait aucun doute. C’est entre Kiev et Moscou que se négociera – et le plus tôt sera le mieux, tant chaque jour qui passe affaiblit la position ukrainienne – la solution politique qui ramènera le calme dans une région où, comme ailleurs dans le monde, l’intrusion maladroite de l’Occident n’a fait que compliquer les problèmes.

Malheureuse Ukraine, trop près de la Russie pour ne pas être incluse dans sa sphère d’influence, trop loin de l’Atlantique pour entrer dans une alliance qui n’eut pour origine que la crainte de l’URSS et pour but que de s’opposer à l’extension du bloc soviétique ! Malheureuse Ukraine, tombée de Charybde en Scylla, et qui n’a chassé un corrompu entouré d’oligarques, marionnette de la Russie, que pour tomber entre les mains d’un oligarque entouré de corrompus, fantoche de Washington ! Tôt ou tard, l’étrange coalition d’affairistes, de démocrates, de nationalistes et de néo-nazis qu’un mouvement obscur et des élections opaques ont porté au pouvoir à Kiev devra rendre des comptes au peuple dont elle a fait le malheur et au pays dont elle n’a pas su empêcher la partition. On ne pariera pas sur la longévité (politique) du président Porochenko.

Dominique Jamet
Journaliste et écrivain
Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais. Il fut co-fondateur de Boulevard Voltaire.

Faites découvrir cet article à vos amis...
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais. Il fut co-fondateur de Boulevard Voltaire.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.