Le roi s’amuse

Journaliste et écrivain

Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais. Il fut co-fondateur de Boulevard Voltaire.

 

Il téléphone aux journalistes politiques. Il les reçoit en petit comité. Il va au-devant de leur curiosité. Il donne de lui-même les réponses aux questions qu’ils n’auraient pas posées et leur recommande, bien sûr, de ne pas répéter ce qu’ils viennent d’entendre et de noter.

Il convie par petits paquets les députés de la majorité. Il accorde des entretiens individuels aux ministres. De ces entrevues, les uns ressortent persuadés d’une promotion prochaine, les autres rassurés sur leurs chances de rester au gouvernement et, qui sait, d’en prendre la tête.

Il suscite et caresse les ambitions dans le sens du poil. Il multiplie les abandons feints, les fausses confidences et s’enchante de retrouver dans les conversations, les colloques, les débats, les éditoriaux, les tribunes, l’écho plus ou moins fidèle de ses propres indiscrétions.

Aux uns, il affirme que sa décision est prise, aux autres qu’il réfléchit encore. Aux uns, il confirme qu’il tient le cap et ils en concluent qu’il ne modifiera pas l’équipage, aux autres, qu’il a compris le message des électeurs, qu’il procédera à un vaste changement de dispositif et ils en déduisent qu’il fera place nette à leur profit. Ainsi, nouveau Dom Juan, promet-il simultanément le mariage à Charlotte et à Mathurine.

Du sérail il n’a jamais connu que les détours. Il a toujours confondu grandes orientations et petites manœuvres, secrets d’État et cachoteries d’apparatchik. Il ne déteste rien tant que de trancher dans le vif, il n’aime rien tant que pédaler dans le mou.

À quoi joue-t-il donc ? Au président, et il prend une douce jouissance aux ors, aux facilités, aux apparences, aux mille satisfactions, aux innombrables vanités du pouvoir.

La gauche est en haillons. La République est en lambeaux. La France est en miettes. 31.000 nouveaux inscrits à Pôle emploi, qui ne l’empêchent pas de dormir, sont venus grossir les rangs de la Grande Armée des chômeurs. La dette grossit. Le déficit se creuse. La croissance a fui sous d’autres cieux. Dans la Marne, cinquante-trois ouvriers jetés sur le pavé menacent de mettre le feu à leur usine. La maison brûle, littéralement. Le roi s’amuse.

Cet article vous a plu ?
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais. Il fut co-fondateur de Boulevard Voltaire.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.