La Dictature En Marche (LDEM)

Conseil
 

L’Eglise catholique, qui sait de quoi elle parle depuis deux millénaires mondialisés touchant toutes les couches des sociétés, enseigne que s’il arrive aux dirigeants d’édicter des lois injustes ou de prendre des mesures contraires à l’ordre moral, ces dispositions ne sauraient obliger les consciences. En pareil cas, l’autorité cesse d’être elle-même et dégénère en oppression.

Le général Mangin (1866-1925) qui savait aussi de quoi il parlait en matière militaire, chose également mondialisée depuis toujours, avançait que tout ce qui pense, tout ce qui voit dans le commandement une leçon récitée, vient de la tribu des mauvais élèves. Leurs caractères se sont développés librement, leur intelligence s’est affranchie du joug de celle des autres ; ils vivent d’eux-mêmes.

Enfin, le suffrage universel a toujours été la norme en France. Les députés des états-généraux de 1308, 1614 et 1789 par exemple furent élus au suffrage universel par tous les hommes de plus de 25 ans. Les assemblées provinciales aussi. Et les femmes, depuis le moyen-âge jusqu’à Louis XVI, votaient souvent, et non pas seulement depuis 1944 ! A l’inverse, les assemblées révolutionnaires furent élues au suffrage censitaire le plus strict et ne furent en aucun cas représentatives de la Nation, le corps électoral ayant été réduit à 200.000 votants sur 26 millions d’habitants, dont un tiers-état pesant 98%.

En juin 2017, l’autorité affranchie quoi que constitutionnellement légale, l’ordre oppressif parce que sans morale ni expérience des choses de la vie, le caractère presque identique et donc très peu représentatif de la future assemblée nationale élue par moins de la moitié du corps électoral, conduisent tout droit à un régime dictatorial qui ne dira pas son nom mais qui le sera de fait, au gré des volontés changeantes du « prince qui est un enfant (gâté) ».

On en a déjà un premier exemple : « la loi de moralisation de la vie politique », marqueur fort de l’élection présidentielle, s’est transformée en un tournemain en « loi de confiance dans la démocratie », ce qui ne signifie absolument rien, mais a l’avantage de lancer une bouée de sauvetage à monsieur Ferrand tel un nouveau Boudu sauvé des eaux. Gageons que le deuxième exemple sera de faire choir son sauveteur, ce trublion de garde des Sceaux. Et que dire de l’obligation à venir de rien moins que changer le climat de la France, à très grands frais, et des idéologies sociétales pseudo-paritaires, avec toutes leurs dérives communautaristes et paradoxalement contraires à la nature, toutes choses qui sont en marche !

Ce n’est qu’un début. Un observatoire des « quatre volontés » présidentielles mériterait d’être créé. Et les futurs et inexpérimentés députés idolâtres si largement majoritaires, ne feront que renforcer la prédictible descente aux enfers d’une dictature dont le pays, ses anciens en premier, va souffrir. On attend les ordonnances. Charles X s’y était essayé !

On souffre d’ailleurs déjà incroyablement de la propagande incessante des médias « main stream » qui depuis des mois, du matin au soir, et la nuit, ressassent ad nauseam les mêmes antiennes macronico-maniaques. Les « idiots utiles » si chers à Lénine. Le reste du monde, la vraie vie, le journalisme d’investigation, les contre-pouvoirs, l’islamisme aux cimeterres conquérants, le chômage de masse, les fins de mois difficiles, l’incivilité générale ? Rien !

Jupiter gouvernait le ciel et la terre, mais Jupiter est aussi une planète gazeuse. Pourvu que la France majoritaire ne lui enfonce pas une aiguille et qu’elle fasse « pschitt »… ou « boum » !

POUR ALLER PLUS LOIN