Audio - Editoriaux - Histoire - International - Radio - Société - 15 septembre 2013

Dans l’Iowa, on vend aussi des flingues aux aveugles !

Par strict respect de la Constitution et de son corollaire le refus de la discrimination, l’Iowa – État du Midwest des États-Unis – vend des rollers aux culs-de-jatte, des casques audio aux sourds, des tickets de loto aux malades en phase terminale et, ce qui est plus grave, des flingues aux aveugles.

C’est le Des Moines Register, le quotidien de la capitale, qui le révèle : l’État ne fait que se conformer à la loi, entrée en vigueur en 2011, qui « interdit aux shérifs de refuser l’octroi d’un permis de port d’armes sur le seul critère de la cécité », et plus largement de refuser quoi que ce soit à un individu en raison d’un handicap quelconque. D’ailleurs, les militants de la National Rifle Association l’assurent : « Une utilisation raisonnable des armes est possible chez les aveugles. » C’est quoi, « une utilisation raisonnable » ? On leur apprend à tirer dans les genoux ? Il est vrai, me direz-vous, que bien des handicapés du ciboulot sont armés jusqu’aux dents, alors pourquoi pas les aveugles ?

On manque paraît-il de statistiques officielles pour mesurer l’ampleur des dégâts, mais on a pu entendre un shérif local déclarer à la radio qu’il avait délivré des permis de port d’armes à trois personnes au moins incapables de lire et de remplir le formulaire. Quant à son collègue le shérif Warren Wethington, il a confié au Register qu’il « entraînait au tir sa fille malvoyante pour qu’elle demande son permis le jour de sa majorité ».

De vous à moi et en toute charité chrétienne, j’espère qu’elle commencera par flinguer son papa histoire de débarrasser la société d’un dangereux abruti. Et vous, cher lecteurs, si l’envie vous prend d’aller passer des vacances aux États-Unis, vous savez quoi faire : évitez l’Iowa !

Commentaires fermés sur Dans l’Iowa, on vend aussi des flingues aux aveugles !

À lire aussi

Indécence sur le front des inondations : nos politiques sont des charognards

Z’aviezka, yfokon… Laissez-moi donc la place et je ferai mieux… …