Mai-68

Daniel Cohn-Bendit n’est pas l’initiateur : Mai 68 commence à Strasbourg !

Journaliste

Ancien grand reporter à France 3 Alsace, il passe son temps entre l’Alsace et la Grèce.

 

Tout aurait commencé il y a 50 ans, le 22 mars à Nanterre, avec le mouvement du même nom et l’on ne retient en général de l’agitation de Mai 68 que le très médiatique Daniel Cohn-Bendit qui, astucieusement, en fera son fonds de commerce – « Dès qu’il y a trois étudiants dans la rue, explique-t-il sur France 5 à Serge Moati, « trente-six journalistes accourent pour me demander si c’est un nouveau Mai 68 ». Avec Alain Geismar et Jacques Sauvageot, « Dany le rouge » sera l’icone estampillée de la révolte estudiantine alors que les véritables initiateurs de ce mouvement, en l’occurrence les membres de l’Internationale situationniste de Strasbourg, retourneront dans l’anonymat.

C’est pourtant sous leur impulsion, avec leur manifeste De la misère en milieu étudiant, que tout avait commencé, dès la rentrée de septembre 67, à Strasbourg…

Les situationnistes strasbourgeois, forts de leur proximité géographique avec l’Allemagne, avaient humé l’air de la rébellion estudiantine outre-Rhin dès le milieu des années 60. Leur contestation se nourrira de deux ouvrages majeurs : La Société du spectacle, de Guy Debord, et Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations, de Raoul Vaneigem.

À Strasbourg, à la rentrée de 1967, l’UNEF et le bureau des étudiants passent sous le contrôle des situationnistes qui publient leur manifeste De la misère en milieu étudiant considérée sous ses aspects économique, politique, psychologique, sexuel et notamment intellectuel et de quelques moyens pour y remédier.

La mèche de la crise de Mai 68 est allumée, elle se réactivera avec la naissance, à la fac de Nanterre, du Mouvement du 22 mars, dont l’Histoire retiendra que la principale revendication sera le droit, pour les garçons, d’aller dans les chambres des filles de la résidence universitaire. On connaît la suite : le Mouvement du 22 mars, qui s’ouvre à d’autres revendications, s’élargit, investit La Sorbonne et débouche sur Mai 68.

Ancien grand reporter à France 3 Alsace, il passe son temps entre l’Alsace et la Grèce.

Cet article a été lu 1918 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel