Crèches de Noël

La crèche de Béziers : tout un symbole !

Auteur dramatique
 

J’étais présent, lundi soir, à l’inauguration de la désormais célèbre crèche de Béziers, interdite par le Conseil d’État, pour rendre tout naturellement hommage, avec tous les hommes de bonne volonté de ma ville, à ce symbole magnifique de la naissance de la Lumière, et – comme était annoncée une manifestation d’opposants (?) – pour voir en même temps jusqu’où certains peuvent aller aujourd’hui dans la sottise !

Je n’ai pas été déçu, ni dans un sens, ni dans l’autre.

D’un côté, une foule nombreuse qui a défilé pendant plus d’une heure, depuis la place de la Mairie jusqu’au lieu où elle était exposée, foule si dense que, lorsque je suis parti, la fin du cortège n’avait pas encore pu entrer. Une assistance venue applaudir et soutenir cette initiative de paix, croyants ou non-croyants, conscients du symbole que la crèche porte en elle.

Et puis au fond, dans un coin, sortis de la nuit, une dizaine d’opposants – trois pelés et deux tondus, deux pancartes et une vache -, devenus quarante par la grâce de Midi libre, journal multiplicateur des petits pains, et de temps à autre, on entendait la vache privée de foin qui agitait sa clarine en beuglant, et les vachers tentaient de l’imiter. Mais au bout de quelques minutes, on ne les entendit plus, couverts qu’ils étaient par les applaudissements et les bravos, avant de s’évanouir dans l’obscurité d’où ils n’auraient jamais dû sortir.

Et je me disais : « Mais comment peut-on, lorsqu’on passe son temps – car c’est le leitmotiv de ces « ménardophobes » invétérés – à dire qu’on lutte contre la haine, comment peut-on venir sur une place, malgré le froid, malgré tout ce qu’il y a d’intéressant à faire dans la vie, simplement pour huer et siffler le petit Jésus, pour s’en prendre méchamment, bêtement, à un pauvre symbole de paix et d’amour ? Comment peut-on faire de misérables procès à la représentation de la Nativité, fût-elle dans un lieu dit public, comme si cela devait empêcher de célébrer l’amour et la lumière, qui sont porteurs entre autres des fameuses valeurs de la République ? »

C’est que ce symbole, matérialisé par quelques santons de bois ou de plâtre, et cette étable où un berceau de paille vide représente la prochaine venue de l’Enfant Jésus, la Lumière du monde, venu éclairer les ténèbres de la bêtise et du mal, ce symbole dérange tous ceux que l’intelligence, la tolérance et le bon sens font frémir de fureur, tous ceux qu’une idéologie sectaire et bornée enferme et pousse dans des retranchements sans issue, qui, croyant refaire le monde, le rendent encore plus absurde, tous ceux qui haïssent et censurent celui qui ne pense pas comme eux, tous ceux pour qui la liberté d’expression se limite à réciter les ritournelles de la conformité, et à se déclarer contre, lutteurs et résistants contre tout ce qu’ils imaginent et inventent, pour exister et monter des associations d’inutilité publique, le racisme, le sexisme, la xénophobie, le populisme… ah ! le populisme, quelle horreur ! Et comme ils détestent le peuple et les pauvres gens, les simples gens, pareils à ceux du poème oublié de Victor Hugo, plus proches de la lumière que tous les porteurs de théories…

Et que nous montre la crèche, précisément, sinon Celui qui est venu parmi le peuple, au milieu de ces pauvres gens, dans une étable, au plus bas de la condition humaine, pour nous aider à nous lever, comme Lazare, à ouvrir et tourner les yeux vers la lumière de l’intelligence et de la bonté, à fouler au pied les ténèbres de la bêtise et de l’intolérance ?

Alors vive la crèche, envers et contre tous les colporteurs de haine, vive la crèche de Béziers ! Qu’elle demeure, malgré l’interdiction des censeurs d’une République décadente, qu’elle demeure l’annonce publique, universelle, éternelle d’un symbole, païen et chrétien, d’un symbole planétaire, celui du « sol invictus » (le soleil invaincu), de la victoire de la lumière sur l’obscurité, et de Jésus sur les pharisiens de tous les temps, celui du salut de l’Humanité !

POUR ALLER PLUS LOIN