Editoriaux - Histoire - Livres - Politique - 28 juin 2018

« Combat pour l’hémisphère nord – l’amour d’Ariane », André Archimbaud

Cliquez pour acheter

Voici un roman inclassable et torrentiel, qui plonge ses racines dans les mythes anciens et s’élève jusqu’aux perspectives apocalyptiques. Un livre qui est pour tous et qui n’est pour personne, comme disait Nietzsche d’Ainsi parlait Zarathoustra. Attachez vos ceintures.

L’action se déroule dans un monde qui ressemblerait au nôtre si on lui avait ôté son voile narcotique de médiocrité et de consommation. Un monde vivifiant où les oppositions métaphysiques se font jour derrière le tapage médiatique, la zombification des villes et l’oubli de l’être. C’est un combat qui prend place entre 1989, date de la chute du mur de Berlin (et donc de la fausse « fin de l’histoire » prédite par Francis Fukuyama), et 2035.

Une puissante secte progressiste et libérale, composée de 144.000 archontes, organise la soumission du monde à l’humanitarisme, à l’hégémonie américaine, à la déculturation et à l’oubli universel de la conscience. Face à ce complot, douze personnages s’agrègent sur un bateau qui remonte le Nil. Ils ont pour objectif la renaissance de l’Occident, qui n’est plus dans l’Europe géographique mais doit se déplacer vers Moscou, la Troisième Rome. Appuyés par une solide connaissance des symboles de la Tradition et de la gnose, leur but est de faire renaître l’Eurasie pour que revive l’héritage profond de l’hémisphère nord. Ils s’aideront, pour réaliser cet objectif cosmique, du terrorisme islamiste, de la manipulation financière, des gouvernements décadents. Voilà pour le cadre.

André Archimbaud connaît aussi bien la géopolitique contemporaine que la réinvention de la Tradition multimillénaire, il maîtrise aussi bien Brzeziński et Kissinger qu’Evola et Spengler. Son « essai en forme de roman », comme il définit son ouvrage, est une lecture oblique des événements du monde actuel. Il a commencé d’écrire son livre en 1989 et, parfois, sa prescience est vertigineuse. On peut ne pas adhérer à sa vision prospective de l’humanité : car, pour lui, le monde doit se réinventer par la mystique et l’ésotérisme, entre un califat soufi combattant et une Eurasie éternelle, retrouvée et redessinée, rayant de la carte à la fois le monstre saoudien et le diable américain (dirigé, dans son livre, par une musulmane). On peut aussi regretter qu’il ne s’adresse qu’à des lecteurs qui soient aussi des liseurs : ceux qui ne sont pas familiers du symbolisme ou de la philosophie traditionnelle, de l’exégèse islamique de Guénon ou de la structure totale d’Abellio, devront peut-être passer quelques heures (fructueuses mais denses) à la bibliothèque.

Il n’empêche. Ce livre conquiert le lecteur pour trois raisons. D’abord, parce que son architecture est admirablement dessinée, et qu’elle épouse son propos, qui est celui de la réinvention de la Croix et de la reconnaissance d’une structure sphérique de l’Histoire. Ensuite, parce qu’André Archimbaud est un géopolitologue inspiré, dont la connaissance semble à la fois encyclopédique et limpide. Il s’agit donc, pour lui, de dévoiler, au sens heideggérien du terme, le monde tel qu’il est en train de se faire ou de se défaire. Enfin, parce que ce conflit, entre la tension faustienne vers la puissance et la volonté sage et ferme de retour de l’identique, est le moteur caché du combat qui se joue en ce moment sous nos yeux.

Je vous avais prévenus : attachez vos ceintures. Mais, si ce propos parle à votre cœur, ne passez pas à côté de ce livre.

Commentaires fermés sur « Combat pour l’hémisphère nord – l’amour d’Ariane », André Archimbaud

À lire aussi

L’œil pâle d’Odilon Redon, Julien Teyssandier

L’occasion de découvrir, sous un angle original, les fulgurances et les douceurs, la moder…