International - Iran

Le cinéaste Mohammad Rasoulof menacé par les autorités iraniennes

Critique de cinéma
 

Arrêté une première fois en décembre 2010 avec son confrère Jafar Panahi et condamné à une peine (inappliquée) de six ans de prison pour « actes et propagande hostiles à la République islamique d’Iran », le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof fait à nouveau parler de lui dans l’actualité.

Débarqué à l’aéroport de Téhéran le 16 septembre dernier, les autorités iraniennes lui ont aussitôt confisqué son passeport avant d’entamer contre lui des poursuites judiciaires, l’accusant notamment de « propagande contre le régime » et d’atteinte à « la sécurité nationale ».

L’objet en cause ? Son dernier film primé à Cannes en 2017, Un homme intègre, dans lequel le réalisateur raconte les déboires d’un éleveur de poissons face à une compagnie privée aux méthodes mafieuses, décidée à le contraindre de lui céder son terrain. Dès lors, chaque tentative pour sortir un peu la tête de l’eau et trouver une issue de secours se retournera contre lui. Toutes les portes lui seront fermées à moins, bien sûr, d’accepter de-ci de-là quelques « petits arrangements » auxquels l’honnête homme se refuse catégoriquement…

À travers son film, c’est un pays gangrené à tous les étages par la corruption et les méthodes d’intimidation que dépeint Mohammad Rasoulof. Un pays qui, pour se maintenir, tente de contrôler de manière draconienne l’image qu’il renvoie de lui-même, de son peuple et de ses institutions. À partir de là, rien d’étonnant à ce que celui qui affirme ouvertement dans la presse internationale que « le régime iranien est une insulte à la condition humaine » se voie personnellement inquiété… Rasoulof savait pertinemment ce qu’il encourait en présentant, avant le tournage, un scénario édulcoré aux autorités de son pays pour pouvoir faire son film.

La censure iranienne souhaitait, à l’origine, effectuer des coupes dans le scénario et ramener celui-ci à un cadre uniquement local, mettant aux prises de simples particuliers dans une situation particulière, qui ne remettrait nullement en cause l’intégrité de l’État. Des concessions que Rasoulof a refusées.

En définitive, à l’exception de l’Iran, où sa sortie est interdite – comme le furent celles de ses précédents films –, Un homme intègre trouve un certain écho à travers le monde, récompensé par les festivals cosmopolites les plus en vogue (et les plus discutables également). L’avenir du film est donc assuré, celui du réalisateur un peu moins… Il risque jusqu’à six ans de prison ferme et attend, en ce moment même, sa prochaine convocation par les autorités.

Une pétition de soutien, recueillant à ce jour près de 20.000 signatures, a d’ores et déjà été mise en place par le distributeur du film. Parmi les signataires, on retrouve notamment le cinéaste Ruben Östlund, Christophe Honoré, Gérard Depardieu, la productrice Sylvie Pialat, et Pierre Lescure, actuel président du Festival de Cannes. Pendant que cette affaire permet à nos élites hors-sol de se payer à peu de frais une posture rebelle, engagée et humaniste – elles dont le combat pour le bien commun se limite habituellement au « pourtousisme » festif, à l’écriture inclusive et à la légalisation du cannabis –, le véritable opposant politique, lui, est en train de jouer sa vie… En attendant, vous pouvez toujours le soutenir en signant la pétition sur change.org ou simplement en allant voir son film dans les rares salles qui le proposent encore.

En soi, Un homme intègre souffre de longueurs, est légèrement poussif et démonstratif, mais la prise de risque de Mohammad Rasoulof vaut bien le détour.

Cet article a été lu 1520 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel