La preuve est faite : l’UMP n’est pas de droite…

Homme politique

Ancien député UMP, Président du Rassemblement pour la France, Président de La Droite Libre

 

En fait, il faudrait lire ce texte avec l’accent de Gaudin puisqu’on va parler du cocktail de Pagnol, celui à quatre tiers.

Alors, vous prenez un petit tiers d’opposition au mariage unisexe. C’est fou ce qu’ils sont mobilisés, à l’UMP, contre la loi Taubira ! Tellement mobilisés que deux députés, dont un ancien ministre, ont voté pour à titre très personnel ! Et deux anciens ministres, dont la future candidate investie à Paris, se sont abstenus. L’hypocrisie de l’UMP sur ce texte atteint des records. Certains ont rejoint l’UDI pour être plus à l’aise pour voter la loi ; d’autres demeurent à l’UMP et approuvent la loi ou s’abstiennent, sans problème ; d’autres, enfin, qui ont témoigné leur sympathie à « GayLib », le mouvement gay de l’UMP, prennent maintenant la tête d’une croisade purement, si j’ose dire, politicienne et électorale contre la loi. Parmi ces derniers, certains réclament un référendum. Mais, comme c’est curieux, ils n’ont pas voté une loi d’application de la réforme constitutionnelle de 2008 le permettant clairement…

Un bon tiers de politique sécuritaire : le kärcher, les halls d’immeubles, les peines plancher, la politique répressive de Sarkozy, comme dirait Taubira… À part que c’était du vent. Résultat : Redoine Faïd, condamné à 20 ans, libéré au bout de 10, et à nouveau arrêté, ne peut plus être fouillé et s’évade. Entre 2001 et 2010, les policiers et gendarmes sont passés de 225.000 à 217.000, les policiers bénéficient des 35 heures depuis 2003 alors que la population a augmenté de 5 %. La RGPP (révision générale des politiques publiques) a, par ailleurs, raboté les effectifs entre 2010 et 2012. Sécuritaire, Sarkozy ? Dans le genre matamore, tout en mots, mais la réalité, c’est autre chose…

Reste un gros tiers pour le sérieux économique de l’UMP, posture si facile, devant l’ineptie de la gauche. Sauf que le creusement des déficits et de la dette pour relancer l’économie après l’élection de 2007 s’est révélé un redoutable contresens, sans effet positif sur l’emploi alors qu’aucune réforme structurelle d’ampleur n’était entreprise, ni sur le financement de la protection sociale, ni sur les retraites. En dix ans, l’UMP a réussi à prouver que la droite n’était pas meilleure que la gauche pour l’économie : avec 56 % de dépenses publiques, la France est restée socialiste. Elle n’a pas supprimé les 35 heures, ni l’ISF, ni instauré la TVA sociale mais a voté le principe de précaution, dit non aux OGM et au gaz de schiste, et même failli voter une taxe carbone, histoire de nous enfoncer un peu plus…

Dans le cocktail de Pagnol, le quatrième tiers, c’est l’eau. Ici, c’est un très gros tiers d’eau tiède, qui est celle où baigne un parti dénué d’idées et de valeurs. Que penser des prétendus gaullistes qui souhaitent trouver dans l’abandon de la souveraineté nationale la solution aux problèmes d’une Europe de moins en moins démocratique ? On a compris, sauf à être très distrait, que l’UMP n’est plus qu’une machine électorale qui gère des carrières et des ambitions, pour les unes de moins en moins justifiées, et pour les autres de moins en moins légitimes. Comme dirait Marius, un cocktail, les clients n’en prennent qu’un à la fois. Ils ne peuvent pas comparer. Mais s’ils le pouvaient, le reprendraient-ils à chaque alternance ?

Christian Vanneste

Article intéressant ?
Faites-le savoir sur facebook ou twitter !

Recevez gratuitement nos articles !


Ancien député UMP, Président du Rassemblement pour la France, Président de La Droite Libre

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.