Discours - Editoriaux - Politique - Tribune - 27 février 2018

Cessons de pleurer Marion !

Depuis sa tribune au CPAC, l’espoir à droite semble renaître, incarné en Marion Maréchal-Le Pen. Il faut dire qu’en peu de temps, la « bonne » Le Pen, selon le mot d’un des organisateurs, a su faire passer bon nombre de messages, avec des formules chocs : « De fille aînée de l’Église, la France devient petite nièce de l’islam. » Touché !

Si le fond du discours était d’une rare efficacité, abordant autant de sujets qu’il y a de problèmes dans le pays de Charette, il n’en demeure pas moins qu’il convient de gronder (gentiment) les orphelins de la belle blonde.

Car ça suffit, les grandes logorrhées d’enfants plaintifs et abandonnés en France. À chaque fois qu’un homme (ou une femme) quitte le bateau, c’est la France entière qui coule. On nous a fait le coup avec de Gaulle, avec Chirac, avec Jospin (à gauche, évidemment) et Sarkozy : à chaque fois le même mélo, on regrette, on espère et on tombe de haut. Il y en a marre, des Français qui se plaignent d’avoir des politiques qui les abandonnent alors qu’ils avaient fondé en eux tous leurs espoirs.

Cette sensiblerie toute française explique deux choses :

D’une part, les Français – un peu masochistes sur les bords, beaucoup au centre – aiment la politique et, surtout, leurs politiques. Les postures d’apparat qu’ils se donnent dans le « tous pourris » ne les empêchent pas d’espérer la réalisation des promesses comme la première des gourgandines un peu sotte. Ça ne les empêche pas, non plus, de se trouver un général, un Bonaparte à suivre, qui les mènera à la victoire d’Austerlitz à Friedland. Il y a même eu des aficionados d’Hamon à gauche ; c’est dire…

D’autre part, ce qui compte, ce ne sont pas les hommes mais la force des idées, leur cohérence et leur construction. Sans Lumières, pas de Robespierre : il serait resté à Arras à s’occuper des procès entre vieux cocus et mégères acariâtres au lieu de « génocider » la France ! Sans corpus d’idées venant structurer la pensée, le politique n’est rien, une voix qui ne déclame que des borborygmes incompréhensibles (écouter Laurent Wauquiez parler de cohérence en est un bon exemple).

Les hommes de France doivent déjà arrêter de voir en chaque homme politique qui sort un peu du lot l’espérance de toute une nation, la résurrection de Jehanne d’Arc et l’incarnation de Vercingétorix ! L’essentiel, aujourd’hui, n’est pas de trouver un politicien qui sera le résumé de Clovis, Louis XIV et Bonaparte, mais de se former par la lecture, de s’instruire par la réinformation et d’éduquer ses enfants correctement ! Parce qu’espérer qu’un homme (ou une femme) viendra, sur son cheval blanc, sauver la France, les chrétiens d’Orient et le monde, ne nous le cachons pas, c’est un rêve de jeune blanc-bec attardé !

Alors, Marion a fait un bon discours : oui ! Elle est une politicienne habile : oui ! Comptera-t-elle dans la recomposition à droite si elle advient un jour ? Sans doute !

Mais, peuple français, arrête d’espérer les sauveurs… Ou convertis-toi, comme Clovis !

À lire aussi

Livre « Le Miroir sans retour », de Reynald Secher : la Révolution à travers les yeux d’un traître !

Reynald Secher revient sur une fascinante période de notre histoire qui hante encore aujou…