Castaner est-il frappé de fascistomanie ?

La manifestation des gilets jaunes à Paris venait à peine de commencer que le ministre Castaner, dans une grande envolée lyrique à laquelle il ne manquait que « La Marseillaise » et la République en danger, dénonçait l’ultra-droite comme responsable des premiers débordements et accusait la présidente du Rassemblement national d’avoir appelé à manifester aux Champs-Élysées, lançant d’un ton solennel et menaçant, tel Cicéron face à la conjuration de Catilina : « Les séditieux ont répondu à l’appel de Marine Le Pen ! »

Marine Le Pen, sempiternel bouc émissaire, épouvantail des gogos et des trouillards, responsable de tous les dangers, diablesse suprême, incarnation du fascisme mythologique actuel ! C’était Hitler lançant ses hordes de SA et de SS à l’assaut de la démocratie…

Et dans la foulée de son ministre, un député LREM déclarait même que « sous beaucoup de gilets jaunes, les chemises brunes sont de plus en plus visibles ». Rien que ça…

Et tout ça pour quoi ? Pour une poignée de casseurs, dont personne ne savait d’où ils venaient, peu actifs en comparaison d’autres manifestations, tellement instrumentalisés qu’on aurait presque pu les croire envoyés par Castaner lui-même pour donner le prétexte à ses CRS de bombarder les pacifiques gilets jaunes avec des grenades lacrymogènes et des canons à eau.

Un scénario tellement bien orchestré qu’avant même les premiers affrontements et la déclaration du ministre, tous les médias aux ordres, de BFM à France Info, France 2 et France 3, en passant par CNews et les autres, parlaient des casseurs de l’ultra-droite ! On s’attendait presque à voir surgir, au-dessus des têtes, des drapeaux avec des croix gammées. Une ficelle tellement grosse et caricaturale que seul le prestidigitateur ministre pouvait tirer ! Sans y croire, mais en faisant semblant. Castaner en vrai-faux fascistomane !

Pour ceux qui ne connaîtrait pas ce terme, la fascistomanie, proche de la mythomanie, est une névrose, un trouble de la conscience assez grave – sorte de paranoïa légère -, très répandu aujourd’hui (voir mon article du 24 octobre 2016) et qui fait voir à celui qui en souffre des fascistes à tous les coins de rue. De même que le mythomane croit et fait croire à toutes les inepties et les fables qu’il invente, le fascistomane croit qu’il y a des fascistes partout et il accuse avec virulence ces individus nés de ses fantasmes de tous les maux de la Terre…

Concernant l’actuel ministre des Grosses Ficelles, on peut tout de même douter qu’il en soit persuadé. Certes, mettre tout à la sauce fasciste, c’est très tendance, mais la ficelle, pour grosse qu’elle est, commence à s’user et elle fait rire tout le monde, comme celles des clowns dans les cirques. Car la théâtrocratie politique actuelle est-elle autre chose qu’une clownerie ?

Ainsi, on voyait, dès leur arrivée sur les Champs-Élysées, le matin, ces malheureux gilets jaunes, venus se plaindre de la hausse des taxes et de leurs difficultés, qui se demandaient pourquoi on les bombardait ainsi, eux qui comptaient manifester le plus pacifiquement du monde. Certains reculaient, rebroussaient chemin, mais d’autres, furieux d’être ainsi traités (on les comprend), se mettaient à riposter, tentaient de dresser des obstacles à la progression des CRS.

Ainsi, la boucle était bouclée. Castaner tenait ses vrais-faux gilets jaunes de l’ultra-droite, il pouvait se déchaîner contre cette horde sauvage. Les Champs-Élysées étaient en feu, on voyait poindre le spectre de l’incendie du Reichstag ou d’Oradour-sur-Glane…

Ah, les fascistes et les nazis ! S’ils n’avaient pas existé, quelle excuse trouveraient tous ces gouvernants à leur incompétence et à leur mépris du peuple ? Que dirait ce pouvoir de plus en plus discrédité, et qui dépasse déjà celui de l’ancien Président en impopularité ?

S’ils n’avaient pas existé, peut-être même qu’ils les inventeraient !

À lire aussi

Raphaël Glucksmann sacré roi des bobos !

Aujourd’hui, la philosophie mène à tout... …