Caroline De Haas se lance dans les affaires

Considérée comme une apparatchik de l’UNEF, puis des ministères socialistes, passée par le cabinet Belkacem, alors ministre des Droits des femmes, la voilà qui se lance « dans les affaires » dont la femme serait l’objet central. C’est bien ce que nous raconte Caroline De Haas, invitée chez Ruquier qui la présente comme « entrepreneur ». De ses explications, on aura vaguement compris que sa société serait dans le secteur des « relations publiques ». Vaste secteur…

« Groupe Egalis », c’est le nom de sa société, qui n’est pas enregistrée sous le nom qu’elle affiche sur son site, mais sous le nom : EGAE D EGAL A EGALE sur le site d’information sur les entreprises societe.com.

Puisque Caroline De Haas nous annonce en fanfare sur le plateau d’ONPC être une « machine à embaucher » en puissance, je scrute son site et j’y trouve, pêle-mêle, collectivités locales, entreprises, associations, syndicats, fonction publique d’État, de l’international et des médias… Je suis impressionnée qu’en si peu de temps autant de « clients » lui aient accordé leur confiance. Le chiffre d’affaires doit être énorme… Pour accompagner tout ce monde-là, elle doit avoir besoin de dizaines d’employées ! Ah d’ailleurs, quand on regarde la composition de l’équipe d’Egalis, on trouve tout un tas de « consultantes » mais aussi une… stagiaire. Et comme on est moderne chez Caroline De Haas, la stagiaire chez eux n’apporte pas le café mais « fournit régulièrement les salariées de l’entreprise en tablettes de chocolat ». Eh oui, on est comme ça, chez Egalis !

Elle est parfaite sur toutes les coutures, cette Caroline. Du genre un peu hystérique, au débit de parole ressemblant aux Duflot et autres Autain, bref, elles sont taillées dans le même moule et de celles dont les dents traînent par terre, drapées dans des engagements fumeux. Oh, je ne dis pas que De Haas est animée par de mauvais sentiments. Elle est certainement sincère, mais je doute tout simplement que la direction politique prise par elle soit d’un grand profit pour l’intérêt général de la France. Sinon ajouter du chaos au chaos.

Le fait d’armes qui l’a fait sortir de l’anonymat est la pétition qui a recueilli plus d’un million de signatures, qui a fait reculer le gouvernement et jeté des milliers de jeunes manipulés dans la rue, pour terminer avec la naissance du mouvement « Nuit debout », censé s’inspirer de Podemos et SYRIZA, desquels j’ai révélé les liens de financement pour l’un par l’Iran, pour l’autre par Soros.

« Nuit debout » serait né principalement suite à la loi sur le travail de Myriam El Khomri, qui a provoqué l’ire de l’agitée qui lança cette méga-pétition avec succès. La voilà désormais propulsée par les médias, qui raffolent de ce genre de phénomène. Nul doute que sa « petite entreprise » saura en faire bon usage. Une affaire à suivre…

À lire aussi

« Erdoğan est un héros de la démocratie »

C’est une pancarte brandie durant l’imposante manifestation conquérante pro-Erdoğan à Colo…