Editoriaux - Le débat - 25 avril 2018

Camionnette folle à Toronto : un crime misogyne ?

Qui est vraiment Alek Minassian, le nouveau tueur de masse à la camionnette folle dans les rues de Toronto ? La hâte des autorités à dire que les faits « ne semblent pas être liés de quelque façon que ce soit à une menace pour la sécurité nationale » rejoint toutes celles qui, par le passé, ont visé à nous convaincre qu’il s’agit d’un « loup solitaire ». Avant que les enquêteurs ne découvrent souvent le reste de la meute…

Mais cette fois-ci, ce n’est pas à exclure, parce que ce créateur de logiciels se répandant bien évidemment sur les réseaux sociaux, ceux-ci révèlent un profil assez particulier. Minassian y estime en effet être un « célibataire involontaire » (beaucoup de mes amis mariés estimeront qu’il est plus à envier qu’à plaindre, mais ce n’est pas le débat) et appelait sur Facebook ses semblables à une révolution. Rien que ça ! Il y avait, en effet, longtemps qu’une nouvelle minorité opprimée ne s’était pas fait connaître… Mais après les harcelées, il était logique que les « pas assez harcelés » aient leur (triste) quart d’heure de gloire. Verrons-nous, demain, un hyper-écolo rafaler des véhicules diesel ou un vegan frustré enfoncer un Hippopotamus avec son camion ?

L’intolérance à la frustration est un des traits des personnalités borderline (désolé, c’est le terme technique), lesquelles sont sujettes à des crises émotionnelles intenses et à des périodes profondément dépressives. Ainsi, au vu des images de l’arrestation sur lesquelles on voit Minassian braquer un policier, on peut penser qu’il s’agit plutôt d’une tentative de suicide « par police interposée » : on veut se supprimer, mais on n’a pas le courage de faire les choses soi-même. Et puis, pour l’assurance-vie, ce ne serait pas un vrai suicide…

Le phénomène est bien connu en Amérique, où on sait que les forces de l’ordre ont la détente infiniment plus rapide que les nôtres.

À lire aussi

Détention de Carlos Ghosn : l’inertie française ?

C'est la malédiction des riches : on n'arrive jamais à les plaindre tout à fait, surtout e…