Les syndicats de PSA ont une semaine pour sonder leur base

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) – PSA Peugeot Citroën a donné vendredi aux syndicats jusqu’au 22 octobre pour consulter leur base et prendre position sur le projet d’accord de compétitivité des usines françaises du groupe.

Ce « contrat social », que la direction du constructeur automobile aimerait voir adopter d’ici la fin du mois, prévoit notamment un quasi-gel des salaires en 2014, une plus grande flexibilité dans l’organisation des cadences et un recours facilité à la mobilité entre les sites.

Contrairement à Renault, où un accord de compétitivité a été conclu en mars, le principal syndicat de PSA, la CGT qui dispose de 23% des voix, a d’ores et déjà annoncé qu’il ne signerait pas et a même appelé à des débrayages sur les sites du groupe la semaine prochaine pour appuyer sa position.

Pour autant, cela n’implique pas forcément que l’accord sera plus difficile à obtenir chez PSA car la représentation syndicale y est plus éclatée, avec six organisations autour de la table des négociations contre quatre chez Renault.

Pour entrer en vigueur, le projet devra être voté avec au moins 30% des voix pour et ne pas rassembler 50% de voix contre.

« Vu l’importance du thème, il me paraît difficile que la direction (de PSA) se contente de deux signatures, même si celles-ci suffiraient d’un point de vue technique. Il est évident qu’il faut au moins 50% des voix qui s’engagent sur un tel projet », a toutefois déclaré à Reuters Anne Valleron, représentante de la CFE-CGC (17,2% des voix).

A l’exception de la CGT, les syndicats ont refusé vendredi d’annoncer la couleur tant qu’ils n’auraient pas sondé leurs adhérents.

Force ouvrière, deuxième organisation syndicale de PSA (19%), consultera sa base lundi et rassemblera l’ensemble des syndicats FO du groupe mardi. Le SIA-GSEA (14,5%) espère se réunir en début de semaine prochaine, la CFTC (12%) organisera une réunion de tous les délégués de ses usines jeudi, la CGC se réunira lundi 21 octobre et la CFDT (13,5% des voix) mardi 22.

En échange d’un accord, PSA a promis de maintenir tous ses sites en France sur trois ans, la durée du contrat de compétitivité. Il s’est également engagé à augmenter de 7,5% à un million d’unités sa production annuelle de véhicules sur le sol français d’ici 2016.

« Les mesures contenues dans le projet d’accord permettent de renforcer le dialogue social autour des projets engagés pour redresser l’entreprise », a déclaré PSA dans un communiqué publié à l’issue d’une 13e et dernière séance de discussions, qui se sont prolongées tard jeudi soir et n’ont été bouclées que vendredi en début d’après-midi. « Elles permettent de réaliser les transformations et réorganisations nécessaires tout en sécurisant l’emploi et les compétences. »

Edité par Dominique Rodriguez

Faites découvrir cet article à vos amis...
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.