Économie

Le bilan catastrophique des « Républicains socialistes »


Député européen du groupe ENL

 

Sur le plan économique et social, le bilan de Hollande, Macron, Hamon et de la gauche est catastrophique. Tous les chiffres sont au rouge. Nous avions déjà traité des minables chiffres de la croissance (1,1 %) et des pharaoniques chiffres du chômage (6.575.000 chômeurs).

« Le déficit extérieur de la France s’est creusé en 2016 » (Le Figaro du 8 février). « La part de marché de l’Hexagone en Europe a également reculé (13,4 % contre 17 en 2000). 48 milliards d’euros alors que la facture énergétique s’est allégée de 20 %. Même le secrétaire d’État au Commerce extérieur avoue que “ces chiffres ne sont pas bons”. » C’est dire !

La balance des services s’est effondrée, passant de 8,8 milliards d’excédent en 2015 à 400 millions en 2016. Le tourisme chute dans le sillage des attentats. Mais aussi en raison de l’insécurité généralisée en France, et fait fuir les touristes asiatiques. Raté pour les futurologues qui croyaient que la France deviendrait « le Club Med de l’Europe ». Ils avaient « juste » oublié le terrorisme islamique et la délinquance.

Le déficit commercial montre que la France consomme beaucoup plus qu’elle ne produit. Elle vit au-dessus de ses moyens. Cela se paye en dettes colossales. De ce point de vue, la Cour des comptes, pourtant présidée par l’ancien député socialiste Didier Migaud, « sonne l’alerte ». « L’institution s’inquiète d’une sous-évaluation des dépenses et surestimation des recettes en 2017 » (Le Figaro du 9 février).

Le poids des dépenses publiques en France est de 10,7 % du PIB, plus élevé que dans le reste de la zone euro. Si nous étions dans la moyenne de la zone euro, les Français paieraient 227 milliards d’impôts en moins. Cela générerait un surplus d’investissements et d’emplois sans précédent.

La Cour nous avertit aussi que « les bonnes surprises sur la charge de la dette, c’est fini ». La politique accommodante de la BCE, avec ses taux quasi nuls, va s’estomper. Les taux français à dix ans atteignaient, le 8 février, 1,117 %. Cela reste bas. Mais c’est dix fois plus qu’il y a six mois.

L’économiste Jacques Sapir relève qu’« une étude de l’INSEE montre que le niveau de vie des personnes seules et des familles mono-parentales s’est profondément dégradé depuis 2007 ». Merci, les Républicains socialistes !

Pour achever ce tableau, il faut lire le dernier rapport de la CIA sur les évolutions du monde. Le ralentissement économique devrait perdurer, les classes moyennes occidentales verront leur pouvoir d’achat diminuer et les guerres civiles devraient se multiplier dans les prochaines décennies. Autant de raisons de sortir les sortants.

Député européen du groupe ENL

POUR ALLER PLUS LOIN