Présidentielle 2017

Vous avez voté Chirac en 2002. Pour les mêmes raisons, vous devez voter Marine le 7 mai !

Informaticien
 

Chère digne dame, ce n’est pas vouloir vous froisser que de dire que l’âge venu, le monde d’aujourd’hui n’est plus celui de votre maturité ; c’est entendu, vous êtes de gauche, c’est-à-dire, selon le bréviaire médiatique, du côté des faibles, des opprimés, en pleine lumière, exaltant le progrès, exhalant le bien.

Vous êtes de ceux qui ont voté Chirac en 2002. Eh bien, pour les mêmes raisons, vous devez voter Marine ; je vais vous expliquer pourquoi.

Être de gauche, aujourd’hui, c’est cautionner les pires avanies au nom d’un bien à venir, toujours à venir, et qui justifierait de multiples actions moralement contraires à la gauche mais utiles, voire impératives et urgentes, pour le combat contre la « droite ».

Être de gauche, aujourd’hui, c’est mettre de côté sa capacité d’une analyse du réel et éviter la nécessité du doute ; c’est rabâcher un credo dépassé, c’est toujours prêcher l’exclusion du contradicteur, le déshumaniser, faire mentir l’Histoire, propager la haine et la violence civile ; être de gauche, aujourd’hui, c’est jeter des anathèmes, créer des listes noires, alimenter et croire l’inquisition médiatique ; être de gauche, aujourd’hui est une servitude où chacun est assigné à un rôle de dénonciateur, ou de VoPo.

Je le sais, vous avez écouté les derniers discours de Nicolas Dupont-Aignan et de Marine Le Pen ; et vous n’avez rien trouvé à redire ; au contraire, même, vous y avez entendu l’écho de votre bon sens concernant l’immature bellâtre vociférateur. Depuis quelques jours déjà, le doute inquiétant – mais salvateur, je vous l’affirme – vous tiraillait : son programme va tuer la France !

La France… voilà qu’après quarante ans de propagande subie pour vous la rendre détestable ou inutile, la France vous revenait en plein cœur. La France qui nous fait ce que nous sommes, et sa nation, ce bien des pauvres.

Et puis sont venues ces images terribles d’un policier en feu – peut-être est-il mort au moment où vous lisez ces lignes –, images monstrueuses d’un meurtre incité depuis des mois, images précédées d’autres devenues tragiquement habituelles ; nous ramassons trop de morts dans nos rues. Nous voyons trop de ces escouades brutales, puant la haine et l’intolérance, mêlant le refus gauchiste et la détestation musulmane de nos institutions et, au-delà, de notre mode de vie ; milices de cagoulés, organisées pour détruire notre ordre social ; impunies, activées par un pouvoir glissant vers le totalitarisme. Tous se proclament de gauche.

Comme je comprends votre détresse, votre désarroi… La musique change, mais les paroles restent identiques. Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan défendent la démocratie qui ne peut avoir d’autre cadre que la nation, ils sont patriotes et veulent le meilleur pour la France et pour son peuple ; vous aimez vos enfants plus que tout, est-ce que cela implique que vous détestiez les petits voisins ? Bien sûr que non. Marine et Nicolas veulent des frontières, mais n’avez-vous pas une porte à votre maison ? Cette porte vous empêche-t-elle de voyager, et de l’ouvrir pour recevoir ceux que vous aimez ?

Ne soyez pas abusée, ce n’est pas la première fois qu’un peuple est trompé par une illusion comme Macron, et trouve en son sein les résistants. Ne soyez pas inquiète : élue sur son programme, Marine ne pourra compter que sur l’aide des Français. Si ceux-ci lui retirent leur confiance, elle sera seule, isolée ; vous pouvez compter sur la vigilance de Nicolas Dupont-Aignan.

Le 7 mai, libérez-vous de la fausse gauche, chère amaginarreba 1.

Notes:

  1. « Belle-mère » en basque.
Cet article a été lu 1902 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel