Attention, les gentils et les méchants en gilet jaune font un carton !

Elle s’appelle Marguerite. Et ça lui va comme un gant. Car plantée, jolie et élancée, devant son rond-point, elle ressemble, avec son gilet jaune, à ces floraisons printanières qui masquent un temps, pour le plus grand bonheur de l’automobiliste, l’art contemporain de sous-préfecture qui trône au milieu.

On a envie aussi de la nommer Catherine. Deneuve. Car sa vidéo – inspirée des méchants et des gentils de Michel Fugain – a le charme gracieux et insolent des Demoiselles de Rochefort… emblématiques d’une France que l’on n’appelait pas encore périphérique.

Magie des réseaux sociaux, sa chorégraphie familiale – qui ne veut pas dire amateur, car Marguerite est une pro du chant lyrique et du jazz, il suffit du reste de l’entendre chanter, la regarder danser avec toute sa petite troupe pour le comprendre très vite – « a été vue plus de 500.000 fois sur Facebook, sans compter près de 20.000 partages », selon Le Parisien, qui rapporte encore que Marguerite est « dépassée par le buzz de sa chanson sur les gilets jaunes » qui « cartonne ».

Ceux qui pensaient que les gilets jaunes n’étaient qu’un ramassis de grognons rassis peuvent visiblement aller se rhabiller. Marguerite, c’est la fraîcheur incarnée et la transgression à fond : pensez, dans ses autres chansons que l’on peut trouver ici et là sur la Toile, de son timbre doux qui ferait passer Carla Bruni pour une fumeuse invétérée, elle ne parle que d’amour – parfois trahi -, de mariage et de maternité. Elle est dangereuse, il faut l’arrêter comme Drouet !

Les « gentils » de Michel Fugain, en 1973 – autant dire bien, bien avant que Marguerite ne voie le jour -, étaient les « braves gens » de Georges Brassens, ceux qui décident, dans leur monde manichéen, du bien, de la vérité et de la respectabilité.

46 ans plus tard, révolution copernicienne, ce sont les méchants de jadis qui n’aiment plus du tout que l’on suive une autre route qu’eux – « Soixante-huitards accomplis, les gentils ont peur des pavés maintenant… des méchants ! / Qui gaze aux bombes lacry ? Les gentils ! Et qui se retrouve devant ? Les méchants ! » – et les bourgeois propres sur eux, les « petits commerçants » qui « veulent élever leurs enfants » sont devenus les méchants dissidents.

D’aucuns appelleraient cela l’émergence d’une contre-culture. Si celle-ci a le visage de Marguerite – qui n’est guère celui d’une tricoteuse au pied de la guillotine -, elle n’est ni violente, ni agressive, n’est en aucun cas un danger pour les forces de l’ordre qu’elle trouverait sur sa route. Mais pourrait en représenter un sérieux, en revanche, pour tout un système à bout de souffle.

À lire aussi

Sophia Aram a passé un dimanche pourri à Paname : la faute à la Marche pour la vie

Le pire (ou le meilleur) est que, même si Sophia Aram conspue ces gens-là, sans originalit…