Entretien - Gaspillage de l'argent public

Benjamin Izarn : « Notre argent doit-il financer des associations communautaristes ? Je ne le pense pas ! »

L’association Contribuables associés vient de répertorier les subventions de la ville de Paris. Elle a épluché les 275 délibérations du Conseil de Paris afin de savoir où va l’argent des Parisiens (et celui des Français en général, via la dotation globale de fonctionnement). Contribuables associés a réalisé un Top 10 de ces subventions clientélistes… et surréalistes. Benjamin Izarn en donne un aperçu.

Vous venez de répertorier les subventions de la ville de Paris, c’est toujours un moment de grandes discussions. Qu’est-ce qu’il faut retenir de cette liste des subventions, aujourd’hui ?

L’association Contribuables associés a examiné l’ensemble des délibérations de cent soixante-quinze délibérations du Conseil de la ville de Paris. Le Conseil de la ville de Paris s’est réuni les 6, 7 et 8 juin derniers pour voter un certain nombre de délibérations. Dans ces délibérations, une délibération sur deux concerne un vote de subvention.

Ces subventions, c’est notre argent, c’est l’argent des Parisiens, mais pas seulement l’argent des Parisiens : c’est l’argent de tous les Français. Parce que, via la dotation globale de fonctionnement, l’État verse beaucoup d’argent à la ville de Paris. La ville de Paris reçoit, d’ailleurs, la première dotation globale de fonctionnement.

Contribuables associés a donc réalisé un Top 10 de ces subventions versées par la ville de Paris à des associations, souvent de manière qu’on pourrait qualifier de quasi clientéliste. En tout cas, c’est du gaspillage d’argent public.

Vous pouvez les retrouver sur le site Internet de Contribuables associés.

Dans cette liste, est-ce que vous pouvez nous donner des exemples de subventions que vous appelez justement « clientélistes », ou alors un peu « surréalistes » ?

Il y a des subventions qui sont de véritables gaspillages d’argent public. Cela saute aux yeux !

Vous avez, notamment, 2.436.000 euros qui auraient été versés à des syndicats, à l’Union syndicale parisienne.

Le financement public national des syndicats est déjà quelque chose d’extrêmement choquant contre lequel Contribuables associés lutte depuis des années.

Mais, ici, en plus de ce financement, la ville de Paris a décidé de financer les syndicats parisiens à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euros. Cela date d’un accord passé en 2003. Et aujourd’hui, ce sont deux millions quatre cent trente-six mille euros qui sont versés aux syndicats parisiens !

Il n’y a pas que cela. Il y a aussi 92.000 euros versés à des cafés sociaux réservés prioritairement à des personnes âgées immigrées.

Vous avez aussi 10.000 euros pour un festival visant à aider les chefs réfugiés à faire leur cuisine dans différents pays d’Europe. Cela ne concerne pas directement les Parisiens.

Vous avez aussi 20.000 euros pour un festival « LGBTQ+ », selon l’appellation, pour diffuser un certain nombre de films, dont des films érotiques subventionnés par la mairie de Paris, comme l’atteste la plaquette du festival dans l’édition de 2016. L’édition de 2017 aura une subvention de 20.000 euros. On imagine qu’il y aura des films aussi choquants qui seront financés par les contribuables de France.

Cela nous interpelle. Est-ce que l’argent public doit être utilisé de cette façon ?

L’argent public, c’est notre argent, c’est l’argent des contribuables, c’est l’argent de nos impôts.
Est-ce qu’il doit servir à financer des cafés sociaux pour une population réservée ?
Est-ce qu’il doit servir à financer les syndicats ?
Est-ce qu’il doit servir à financer des associations communautaristes ?
Je ne pense pas !

À la mairie de Paris, il y a bien une opposition, quand même. Est-ce que cette opposition s’est fait entendre sur ces sujets-là ?

L’opposition nous semble totalement inaudible sur les votes de ces subventions. Seule Ccontribuables associés, une association apartisane et totalement indépendante, est la voix des contribuables et lève à chaque fois le point sur ces sujets. Sinon, on en entend très peu parler, notamment par le groupe principal d’opposition au Conseil de Paris.

Qu’est-ce que demande Contribuables associés sur cette question des subventions ? Quelle est votre ligne ?

Par exemple, sur les syndicats, est-ce qu’il est normal qu’un syndicat et un parti politique soient financés exclusivement par l’argent public ?

Pour Contribuables associés, la chose est très claire. Les syndicats et les partis politiques doivent être financés par les cotisations des adhérents.

Et à ces autres associations, on dit que l’argent public, c’est l’argent des contribuables, qu’elles doivent d’abord se financer par le mécénat, par les cotisations de leurs adhérents, et arrêter de quémander toujours plus d’argent public. Rappelons que les joueurs d’échecs de l’École normale reçoivent trois mille euros alors qu’ils ont un traitement réservé et financé, pendant toute la durée de leur scolarité, par l’argent public.

POUR ALLER PLUS LOIN