Airbus menace de quitter le Royaume-Uni : la faute au Brexit ! Encore une « fake news » ?

La nouvelle était en une du journal télévisé de 20 heures, hier 23 juin 2018. À cause du Brexit, Airbus menace de quitter le Royaume-Uni. À cause du Brexit… C’est, en tout cas, ce que l’on tente de nous faire croire depuis hier. Mais les raisons de ce désamour pour la belle Albion sont peut-être tout autres qu’un simple divorce européen.

En effet, comme nous le lisons dans la presse depuis quelques mois et comme nous l’avions déjà annoncé sur Boulevard Voltaire dès le 18 juin 2017 s’agissant du fleuron de la gamme Airbus, l’A380, le temps est maintenant venu de payer la facture des nombreuses erreurs qui ont jalonné le développement de ce programme et d’une approche marketing désastreuses en matière de marché aéronautique.

En mars 2001, trois mois avant le Salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget (SIAE), Airbus lançait le programme de l’A380, qui avait le vent dans le nez pour un décollage rapide et un long vol prometteur. Trois mois après, Boeing lançait le programme de son Dreamliner, le Boeing 787, largement moqué, à l’époque, par les responsables d’Airbus dans leur chalet somptueux du SIAE. Selon eux, l’avenir était aux gros porteurs et, trente-cinq ans après le lancement du mondialement connu Boeing 747, la firme de Seattle n’avait qu’à bien se tenir !

Sauf que, depuis, les ventes n’ont pas été au rendez-vous et, ajouté aux problèmes rencontrés au cours du développement, notamment celui des câbles en 2005 qui a demandé une rallonge financière conséquente, le programme a perdu aujourd’hui tout intérêt financier dans le développement d’Airbus. Bien au contraire, il est devenu une charge qui risque de peser significativement sur les résultats au cours des années prochaines. Il est clair, aujourd’hui, que le programme a donc de fortes chances d’être abandonné.

Un article du Financial Times, publié le 4 janvier 2017, précisait, bien avant que le Brexit ne soit opérationnel : « Alors que les entreprises britanniques ont conçu et fabriqué pratiquement toute l’aile pour le superjumbo d’Airbus, l’A380, les peaux supérieure et inférieure de l’aile pour le nouvel A350 sont allées en Espagne et en Allemagne, toutes deux désireuses d’accélérer le développement de leurs secteurs aéronautiques. »

Et John Leahy, directeur commercial d’Airbus, interrogé, au cours de la présentation du bilan commercial 2017 du groupe, au début de l’année 2018, sur l’avenir du gros porteur en panne de commandes depuis deux ans, a répondu : « Très honnêtement, si nous n’arrivons pas à un accord avec Emirates [le principal client du géant des airs – NDLR], il n’y aura pas d’autre choix que d’arrêter le programme. »

Airbus emploie 15.000 salariés outre-Manche, dont 6.000 au pays de Galles, pour fabriquer des ailes d’avion dont, notamment, celles de l’A380. Les entreprises britanniques ont conçu et fabriqué pratiquement toute l’aile pour le superjumbo d’Airbus, l’A380.

La menace de quitter le Royaume-Uni serait donc un levier pour aider Airbus à négocier des aides en livre sterling et pour tenter, au passage, d’assainir les finances d’Airbus en vue de l’abandon conséquent du programme A380. Cela tout en laissant ses unités industrielles au Royaume-Uni, car il serait trop coûteux de les délocaliser dans un contexte économique fragile pour Airbus. Mais s’il advenait que l’avionneur soit obligé de supprimer quand même un grand nombre d’emplois en Angleterre, il serait alors tout naturel d’en faire porter la responsabilité au Brexit.

Pour cela, il convient de préparer soigneusement l’opinion avec cette « fake news » de qualité, savamment élaborée pour se défausser sur l’Angleterre d’une faute à laquelle elle est étrangère, mais qui risque de peser conséquemment et durablement sur les résultats d’une entreprise que l’on nous présente comme un exemple de la réussite industrielle de l’Europe.

À lire aussi

Les violences faites aux femmes : nouveau « code culturel » en France ?

Ce n'est pas en favorisant l'émergence d'une société soumises aux codes archaïques des cul…