Editoriaux - Histoire - Justice - Table - 10 janvier 2018

Affaire Ligonnès : la tentation romanesque (1)

La suspicion de la présence de Xavier de Ligonnès dans un monastère proche du lieu de sa disparition est venue raviver l’affaire dans les esprits. L’opinion et la plupart des chroniqueurs judiciaires succombent à la tentation romanesque d’un assassin machiavélique parti on ne sait où pour refaire sa vie. Dans son livre Le disparu (Éditions Ring) qui relate avec force exactitude le déroulé des faits et la personnalité du tueur, Anne-Sophie Martin l’imagine également fuyant vers l’étranger alors que, paradoxalement, son récit témoigne d’une absence totale d’indices pour accréditer cette thèse. Tout tend à prouver, au contraire, que ce fou furieux a mis fin à ses jours.

Le profil psychologique d’abord. Xavier de Ligonnès est un personnage fantoche. Son parcours professionnel sans queue ni tête ainsi que la préparation de son forfait en dépit du bon sens attestent une personnalité désorganisée, débranchée de la réalité. Entre autres bourdes, il oublie sur la table de la maison le ticket de caisse d’un des magasins où il a acheté des outils nécessaires à la dissimulation de ses crimes… Au rayon n’importe quoi, il va s’entraîner dans un stand de tir alors qu’il veut tuer à bout portant… En de nombreuses circonstances, ses agissements sont irrationnels, absurdes… Et c’est donc ce branquignol d’une inefficacité notoire qui aurait réussi la performance de recommencer sa vie sans laisser la moindre trace ? Ligonnès ne présente en aucune manière la compétence pour réussir un tel exploit.

Par ailleurs, lors de ses échanges de mail avec ses amis intimes, il ne fait aucunement état d’un désir de tout plaquer pour repartir de zéro. Tous les scénarios qu’il envisage incluent sa propre mort. Les enquêteurs n’ont retrouvé aucune trace d’une quelconque préparation de fuite vers un ailleurs dans le disque dur de l’ordinateur.

Disparaître mystérieusement pour refaire sa vie nécessite un certain budget. Or, Ligonnès, dont les moyens financiers sont très limités, dépense sans compter dans les jours qui précèdent ses crimes et lors de son périple vers le sud de la France (grands crus dans les restaurants, hôtel 3 étoiles…). Là encore, son comportement ne cadre pas avec le projet d’une fuite forcément coûteuse… Son train de vie des derniers jours est plutôt celui d’un homme qui n’a plus rien à perdre… Qui s’offre quelques derniers plaisirs…

Enfin, la dernière vidéo de Xavier de Ligonnès le montre quittant le parking du Formule 1 avec une housse à vêtement à la main qui semble contenir, selon la police, le fameux fusil. Dans le cadre d’une « évasion », cette arme ne lui est d’aucune utilité…

Alors que la gare la plus proche de ce Formule 1 est à plusieurs kilomètres, personne ne l’a vu dans un bus, dans un train ou dans les rues de la ville le jour de sa disparition malgré la diffusion massive de sa photo… La vidéo témoigne qu’il na pas modifié son apparence physique. La seule explication tangible serait qu’il ait eu un complice venu l’attendre en voiture non loin de cet hôtel… Mais pourquoi aurait-il assassiné femme et enfants au préalable ? Quel était l’intérêt ? (À suivre dès demain.)

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Attentat de Strasbourg : l’arme fatale des bisounours…

Il peut arriver que le Binousours force un peu sur les substances euphorisantes… …