Patrick Cohen dresse la liste des « cerveaux malades »…

Ecrivain et juriste
 

Le téléspectateur français a assisté le 12 mars dernier sur France 5, dans l’émission C à vous, à une hallucinante leçon d’orwellisation de la part de Patrick Cohen, journaliste à France Inter.

Les faits ? Frédéric Taddéï, invité de l’émission, est passé un court instant à la question. Court, car gardant son calme, il réussit à démonter la dangereuse dialectique orwellienne de son contradicteur.

Les arguments de Patrick Cohen ont le mérite d’avoir exprimé l’inconscient de l’intelligentsia française. Notre sous-Big Brother reproche dans un premier temps à Taddéï d’avoir invité Tariq Ramadan, Marc-Edouard Nabe, Dieudonné et Alain Soral à Ce soir ou jamais. Puis il enfonce le clou : lorsque l’on anime une émission de débat, on aurait « la responsabilité de ne pas donner la parole à des cerveaux malades ».

Mais, cher Patrick Cohen, qui sont les cerveaux malades ? Les quatre noms précités ? À titre purement personnel, l’auteur de ces lignes qualifierait plutôt de cerveaux malades toutes les personnalités, reçues par France Inter et autres médias, qui ont promu l’idéologie dominante néolibérale, multiculturelle et mondialiste, dont Patrick Cohen est un peu convaincant avocat.

Sont malades, à notre sens, ceux qui soutiennent bec et ongles le système actuel, cousu des fils de la mondialisation, de l’Union européenne, de la kosovarisation de la France, de la soumission à l’oligarchie financière et du surmoi politiquement correct greffé sur le peuple par nos médias de masse.

Sont malades ceux qui maintiennent en vie ce système qui, en France, a conduit à la mise en esclavage par la dette, à l’effondrement culturel, à la haine de soi national, au démantèlement de l’armée française, à l’érosion des services publics, au renchérissement du coût de la vie, ainsi qu’à l’explosion de l’insécurité, de l’incivilité, du stress, de la pauvreté, de la mendicité, du chômage et de la violence. Sont malades ceux qui ne veulent pas sortir de ce bateau dont le naufrage est annoncé. Mais pour Patrick Cohen, sont malades ceux qui ne partagent pas son idéal politiquement correct.

Dans un excès de franchise, lorsque la présentatrice réplique à Patrick Cohen qu’il est encore permis de penser ce que l’on veut, celui-ci répond sobrement : « non ». Et, cerise sur le gâteau, il ajoute « On a le droit de penser ce qu’on veut dans les limites de la loi. »

Ainsi, selon Patrick Cohen, la loi devrait délimiter le champ de la pensée. Outre que ceci soit juridiquement faux, puisque la liberté de pensée est la seule liberté absolue en droit français, c’est-à-dire à ne connaître aucune restriction légale, cette perspective est pour le moins terrorisante. En effet, quelle dictature n’en a pas rêvé ? Quel despote dans ses désirs les plus fous n’a pas souhaité, par l’intermédiaire du législateur, contrôler les esprits de sa population en délimitant ce qu’elle a ou pas le droit de penser ? Voilà un fantasme de domination absolue qui nous paraît bien éloigné de l’idéal démocratique et « républicain » dont Patrick Cohen se veut certainement être un paladin.

Que conclure ? Simplement que, dans notre inquiétant début de XXIe siècle, on reconnaît un ennemi de la liberté en ceci qu’il prétend en être le meilleur défenseur.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.