Recul historique de la banquise en janvier

La surface de banquise des deux pôles est tombée en janvier à son plus bas niveau depuis le début des mesures pour cette période de l’année, la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère atteignant un record, rapporte aujourd’hui l’Organisation météorologique mondiale.

​‌”

« La glace manquante aux deux pôles est assez phénoménale », a déploré David Carlson, directeur du Programme mondial de recherches sur le climat, lors d’une conférence de presse de l’Onu à Genève.

Les scientifiques craignent que le recul de la banquise dû au réchauffement climatique ne provoque une accélération du mouvement des glaciers vers la mer, ce qui pourrait se traduire par une élévation du niveau de l’eau à l’échelle mondiale.

Larsen A et B, des étendues de banquise de la côte nord de l’Antarctique, se sont respectivement désintégrées en janvier 1995 et en février 2002. Celle de Larsen C se fissure lentement depuis plusieurs années, mais le processus s’est brutalement accéléré en décembre.

:

» Pour Greenpeace, un pianiste joue au milieu de l’Arctique

Vous avez aimé cet article ?
Partagez-le sur les réseaux sociaux !

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE