Italie: pas de référendum sur la réforme du code du travail

La Cour constitutionnelle italienne a rejeté aujourd’hui la requête présentée par le premier syndicat de la péninsule en faveur de la tenue d’un référendum sur la réforme du code du travail, facilitant notamment les conditions de licenciement.

Ce projet de réforme faisait partie des grands chantiers que l’ancien président du Conseil Matteo Renzi entendait mener à bien pendant son mandat afin de relancer l’économie italienne.

La Confédération générale italienne du travail (CGIL) avait saisi la plus haute juridiction d’Italie pour la tenue d’une consultation référendaire sur la réforme du droit du travail.

Le patronat italien voyait dans cette initiative une manoeuvre pour torpiller le projet qui propose de faciliter à la fois les embauches et les licenciements.

En revanche, la Cour constitutionnelle a approuvé deux autres demandes de référendum de la CGIL, l’une portant sur l’utilisation de chèques emploi-service pour les employés n’ayant pas de contrat et l’autre concernant les obligations sociales des sous-traitants.

Faites découvrir cet article à vos amis...
Cliquez sur J'aime !

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.