À qui profitera le collectif Horizon ?

 

Comme il a été annoncé, l’Union nationale inter-universitaire (Uni), la Droite forte et Sens commun, trois des plus importants mouvements des Républicains, unissent leurs forces dans un collectif nommé Horizon. Dans le but de peser sur le débat d’idées, et d’imposer leurs thèmes à la primaire de la droite et du centre.

Que peut-il en sortir ? Nous savons que Sens commun est né à la suite de La Manif Pour Tous, et donc s’oppose à la loi Taubira, ils ne peuvent donc soutenir aucun candidat favorable au maintient de la loi sur les mariages et l’adoption par des couples de même sexe.

Parmi les candidats à la primaire, nous savons que Michèle Alliot-Marie, Jean-François Copé, François Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet, Frédéric Lefebvre, Bruno Le Maire, Nadine Morano, Nicolas Sarkozy ne reviendront pas dessus. Jean-Frédéric Poisson et Hervé Mariton comptent y revenir, bien que ce dernier veuille mettre en place une union civile. Pour le nouvel arrivé, Geoffroy Didier, la position n’est pas claire. Quant à Hassen Hammou, sa position sur la question est a priori inconnue. Sur les 12 candidats à la primaire annoncés, nous en avons donc 8 d’exclus d’office par ce collectif. La Droite forte et l’UNI s’étant également illustrés dans l’opposition à la loi Taubira, on peut se dire que ce point sera important dans leur choix.

Si le poids de ces trois mouvements est si important, et que la décision qu’il prendront ensemble a tant d’impact, alors on se retrouve avec un des candidats les moins crédités des sondages qui sera vraisemblablement soutenu et avec un avantage significatif. Quoi qu’il arrive cela sera un handicap majeur pour les favoris que sont Sarkozy, Juppé ou Fillon. Pour l’instant, le candidat qui sera retenu devra appliquer le programme du parti « Les Républicains », cependant, il semble évident que si l’heureux élu est Jean-Frédéric Poisson, alors le programme appliqué aura plus de chance d’être celui du PCD.

Jusqu’à présent, il est convenu que les investitures pour les législatives seront déterminées avant les primaires. Cette démarche est honteuse, en effet, cela signifie que si les électeurs de droite prennent part à une primaire en soutenant la ligne d’un candidat, alors les députés ne seront pas représentatif de cette ligne.

Sur 577 député, pour l’heure, il n’y en a qu’un représentant le PCD; même si Jean-Frédéric Poisson n’obtient que 5 % des voix à la primaire, pour que ses électeurs soit représentés, il faudrait que Les Républicains investissent 28 candidats PCD pour être représentatifs de leur électorat. S’ils ne reconsidèrent pas cette aspect, alors la primaire serait vaine.

Au final, l’investissement de ce collectif pourrait avoir deux effets :
-Soit ils restent sur leur position actuelle et ne soutiennent aucun candidat, ce qui pourrait faire taire les militants proches de la Manif pout Tous.
-Soit une fois les candidatures annoncées, ils analysent les positions et soutiennent officiellement le ou les candidats qui correspondent à leur valeurs.

La première approche serait contre-productive puisqu’elle pourrait conduire à ce que ces mouvements ne prennent pas part à la primaire. Sans mouvement d’ensemble, sans militantisme et sans appel aux votes, les personnes ayant des idées opposées aux leurs auraient le champs libre. La seconde de son côté, pourrait sonner le glas du parti « Les Républicains », qui pourrait voir sa machine électorale prise en main par les démocrates chrétiens. Cette conquête serait d’autant plus crédible que d’autre groupes pourraient aussi appeler à les soutenir, que ce soit la Manif pour tous, Choisir la Vie. Ou pourquoi pas la confédération épiscopale ?

POUR ALLER PLUS LOIN