Editoriaux - Presse - Religion - 30 mai 2018

À Orléans, création d’un carré musulman : un élu témoigne

Tenues de plus en plus ostentatoires portées par femmes et hommes, mariages « exubérants », prières de rue… et maintenant, création d’un carré musulman dans un cimetière communal. Comme de nombreuses villes de France, Orléans, ville délivrée en 1429 par Jeanne d’Arc qui ne peut même pas se retourner dans sa tombe, est de plus en plus concernée par l’islamisation.

Le quartier de La Source, situé au sud d’Orléans, construit dans les années 60 sur des terrains achetés à une commune voisine, compte aujourd’hui plus de 18.000 habitants, avec une forte proportion de musulmans… mais pas encore de cimetière. Le cimetière le plus proche pouvant accueillir les morts de ce quartier est situé au nord de la ville, soit à quinze kilomètres environ.

Ce lieu de mémoire va donc être créé très prochainement avec – ce qui soulève question – la création d’un carré musulman.

Arlette Fourcade et moi-même, élus d’opposition non inscrits, avons été surpris par ce dernier point. Il faut savoir que le plan de situation du cimetière joint à la délibération et la délibération elle-même ne portaient aucune mention de la création d’un tel carré confessionnel. C’est une mauvaise habitude de la majorité municipale d’Orléans de ne pas transmettre les informations complètes à l’avance et de mettre les élus d’opposition devant le fait accompli oralement au cours du conseil.

Nous comprendrons, après le conseil, que la créativité géométrique de notre maire ne pouvait être mentionnée par écrit, la création de carrés confessionnels étant rigoureusement interdite par la loi. Aussi, nous avons adressé à monsieur le maire d’Orléans, Olivier Carré, ex-Les Républicains proche de Macron, cette question écrite à laquelle il devrait nous répondre à la fin du prochain conseil municipal (11 juin 2018).

Le Conseil d’État rappelle dans son rapport public de 2004 (pages 326-327) : « Aux termes de l’article L. 2213-7 du Code général des collectivités territoriales 296, il est interdit d’établir des distinctions ou des prescriptions particulières à raison des croyances ou du culte du défunt, ou des circonstances qui ont accompagné sa mort. L’institution de carrés confessionnels dans les cimetières n’est donc pas possible en droit. »

On ne peut être plus clair… Pour mémoire, la loi laïcisant les cimetières date du 14 novembre 1881.

Pourtant, de nombreux cimetières en France disposent de carrés confessionnels. Pourquoi, alors ? Parce que le ministère de l’Intérieur, en charge des cultes, l’encourage et explique même aux maires comment faire dans une note datant de février 2008. La loi est faite pour être respectée mais aussi, comme souvent, pour être détournée par ceux qui l’écrivent. En résumé, si le carré confessionnel n’est pas matérialisé par une limite, un affichage, si son existence n’est pas reconnue par le maire, il est toléré !

Dans notre question, nous rappelons à M. le maire que le bon sens, fondé sur le fameux « vivre ensemble », et la loi s’opposent à ce type de création. Que la création effective d’un carré musulman, annoncée en conseil et par voie de presse, serait une soumission accréditant la thèse idéologique différenciant les citoyens : d’un côté, les croyants, et de l’autre… les mécréants.

Nous attendons, avec impatience, de pouvoir écouter la réponse de notre maire et nous en délectons par avance…

Commentaires fermés sur À Orléans, création d’un carré musulman : un élu témoigne

À lire aussi

Taxes, impôts, dépenses : et si on en revenait à des règles de bon sens ?

Le pays est ruiné par des générations d'énarques qui ont même réussi à ruiner leur propre …